Cédric Carrasso explique avoir participé à hauteur de 500000€ pour s’engager aux Girondins en 2009

Sur Colinterview, l’ancien gardien des Girondins de Bordeaux, Cédric Carrasso, s’est souvenu de son « bras de fer » avec le Président du TFC, Olivier Sadran pour rejoindre le club au scapulaire.

« Il dit non, ‘Carrasso il reste ici’. Moi, au début, j’étais complètement pommé… Je suis parti de Marseille en tombant amoureux de cette équipe de Toulouse, de ce groupe. Au moment où je commence à bien m’installer et que je vis des choses incroyables, on te pose une problématique… Les gens parlent souvent du domaine financier. Je ne suis pas quelqu’un qui cache les choses par rapport à ça. Si j’avais décidé de rester à Toulouse, je pense que j’aurais gagné une fois et demi ce que j’aurais gagné à Bordeaux. A un moment donné, Bordeaux va jouer la Ligue des Champions, donc le deuxième objectif que je m’étais fixé, pouvait être atteint… Je me rendais compte que c’était une opportunité incroyable. Jouer la Ligue des Champions, être avec un entraineur comme Laurent Blanc, etc… ».

Seulement, Olivier Sadran est un fin négociateur, et il n’a rien lâché sur ses demandes.

« Toulouse veut 8 millions d’euros. Il faut se dire qu’à cette époque, il y a eu deux gardiens qui ont été vendus plus cher que 10M€ : Buffon et Lloris. Quand on parle de 8M€ à l’époque, c’est comme si on parlait de 45M€ aujourd’hui.  Sauf que Bordeaux ne veut pas mettre 8M€, donc propose 4M€, 4.5M€, 5M€, 5.5M€, 6M€, 6.5M€… Pendant 15 jours, ils ne s’entendent pas, et je me dis que c’est mort, que c’est fini. Je me dis que je vais rentrer à Toulouse, que ça va être compliqué. Et Dieu sait que j’aime beaucoup ce club, j’étais vraiment bien là-bas. J’étais dans un avion pour les vacances, parce qu’on finissait avec l’Equipe de France. J’avais une escale à Doha, et je me disais que c’était mort plus ou moins. On était 7M€ pour Bordeaux, et Toulouse en voulait 8. Bordeaux ne voulait plus mettre un centime. Mon agent me dit que c’est mort, que c’est au point mort, parce qu’Olivier veut 8M€ et ne lâchera pas l’affaire, Bordeaux a 7.5M€ et ils n’ont pas plus… Là je m’assois, je me dis qu’on est encore dans une histoire de dingue. Je lui demande ce qu’ils me proposent, Bordeaux, comme contrat. Un contrat sur quatre ans. Je dis alors que sur la première année, Bordeaux enlève les 500000€ qu’il manque, et je les paye. Il appelle, je reprends mon avion (5 heures), et une fois arrivé il m’appelle et me dit ‘c’est bon, ils acceptent’. J’ai pris 500000€ de mon contrat promis à Bordeaux, pour arriver aux 8M€. On n’aurait pas pu faire tout ce truc-là pendant des semaines pour que ça capote pour même pas 10% de la valeur du transfert. Donc j’ai décidé de les payer moi-même, tout simplement. Mais Toulouse est vraiment un club que j’ai adoré en un an. C’est un an de fou, c’est mon regret. Je n’ai qu’un seul regret, c’est peut-être de ne pas avoir fait un peu plus. Mais l’opportunité de Bordeaux a fait que c’était comme ça ».

Retranscription Girondins4Ever