Le combat de David Sommeil et de sa famille depuis ce 20 août 2008

Icon Sport

Tous les supporters des Girondins de Bordeaux se souviennent de David Sommeil, ancien défenseur central passé par notre club de 2000 à 2003, et qui forma, avec Alain Roche, une défense centrale extrêmement solide. Le Guadeloupéen, après son passage en Gironde, couronné d’une Coupe de la Ligue en 2002, partit ensuite à Manchester City, et termina sa carrière à Valenciennes. Alors qu’il allait raccrocher les crampons, il fit un malaise cardiaque le 20 août 2008 à l’entrainement, alors qu’il était âgé de 34 ans.

Dans France Football, l’on en apprend un peu plus sur ce qu’a vécu David depuis ce moment, jusqu’à aujourd’hui. Il sortit du coma le 4 septembre 2008, et remarcha au printemps 2009. Il était à ce moment-là à la Clinique des Grands Chênes de Bordeaux, et démontrait une très grande volonté de s’en sortir, en arrivant de nouveau à faire du vélo, à courir, et à jouer au foot avec son fils. Mais en juin 2009, il fut touché par une embolie pulmonaire, puis connut des troubles psychiatriques incontrôlés et incontrôlables de plus en plus réguliers : un syndrome frontal est alors diagnostiqué. L’ancien défenseur central fut incorporé à un établissement spécialisé auprès de personnes handicapées. Il est aujourd’hui dans un institut spécialisé dans l’accueil de patients atteints de maladies neurodégénératives.

Mais David continue de lutter, lui qui a pourtant connu les montagnes russes ces dernières années, entre des difficultés au niveau de ses mouvements, de sa parole, de ses facultés cognitives. C’est pourquoi nous vous recommandons ce portrait touchant, poignant, émouvant, de l’ex-bordelais, par France Football ce mois-ci, le média l’ayant suivi pendant près de six ans, par l’intermédiaire de sa femme et de ses enfants.

Ce portrait démontre le courage de David, mais également des siens, qui ne l’ont jamais abandonné. Car notre ancien joueur a été victime d’une mort subite ressuscitée, et reste aujourd’hui emprisonné dans un corps qui a été affaibli, mais qui lui fait tout de même résister. Le plus beau témoignage est certainement celui de sa femme, Clarisse.

“Tous les efforts qu’il accomplit sont pour ses enfants. Je suis convaincue qu’il continue de se battre pour eux car il refuse de les «abandonner». Une douleur qu’il ne connaît que trop bien. Mais ce combat, c’est son moteur […] Je l’admire encore plus maintenant que durant sa carrière. Parce que son combat est exemplaire ».

Nous pensons, chez Girondins4Ever, depuis des années à David. Nous ne l’avons pas oublié. Il est un Girondins pour toujours. Nous avons un profond respect pour Clarisse, Yona et Loan, pour leur dignité, leur fierté, leur pudeur et leur amour.