Pierre Rondeau : « On a vu l’exemple récent de Bordeaux qui a montré comme c’était dangereux et inquiétant de leur faire confiance »

Photo OL

Dans Lyon Mag, l’économiste du sport, Pierre Rondeau, s’est exprimé sur le board de l’Olympique Lyonnais, qui a été récemment acheté par un fonds d’investissement américain. Evidemment, l’on pense forcément à l’exemple des Girondins de Bordeaux.

« Ça rejoint ma critique de la financiarisation du football et l’arrivée des fonds d’investissement. On a vu l’exemple récent de Bordeaux qui a montré comme c’était dangereux et inquiétant de leur faire confiance, qu’ils soient américains, français ou autre. L’objectif de lucrativité à court terme, c’est dans l’essence-même du fonds d’investissement. On parle de John Textor qui rachète le club. Mais il ne vient pas avec son nom et ses fonds propres. Ce sont ses partenaires commerciaux et issus des fonds d’investissement qui permettent de réaliser l’opération. Dès lors qu’on rachète à crédit avec un objectif de le rembourser avec un taux d’intérêt, que vos partenaires ont un objectif de lucrativité à court terme, il y a une vraie inquiétude. Devoir rembourser un rachat issu d’un crédit, ça nécessite de dégager des rentrées financières rapidement pour faire face à ses créanciers. Prenez l’exemple du Milan AC, racheté à crédit par des Chinois. Ces derniers n’avaient pas réussi en deux saisons à rembourser leurs créanciers. Et ils l’ont cédé au fonds d’investissement Elliott Management. Les membres du board d’Eagle Football, s’ils sont occupés ailleurs, pourront toujours déléguer ou se faire représenter. Mais c’est clair qu’ils n’ont peut-être pas le recul nécessaire pour comprendre qu’un club de football doit d’abord gagner sportivement. Et pour qu’il espère dégager de l’argent, il doit vendre des joueurs à plus de 100 millions d’euros, ou il faut un temps long avec une installation durable de personnes compétentes et le faire valoriser. Le PSG, ça a pris 10 ans. Le problème, c’est que les fonds d’investissement n’ont pas le temps. Et ça, c’est dangereux ».