Suliko Davitashvili (père) : « Il a très envie de jouer à Bordeaux. Dans trois ou quatre mois, on saura si Bordeaux l’achète, ou pas »

Pour Geo Team, le père de l’ailier géorgien des Girondins de Bordeaux, Suliko Davitashvili, s’est exprimé sur la psychologie de Zuriko, et sa force mentale. Il explique également que ce n’est pas encore fait au niveau du transfert de son fils en Gironde, et que la décision sera prise prochainement.

« Dès l’âge de 16 ans, Zuriko a connu une période difficile. Il y avait un moment où il partait à l’étranger, il y avait des problèmes et il revenait. Ça a été comme ça jusqu’à ses 18 ans, puis il est parti et a joué à l’étranger pendant trois ans.  Je pensais qu’il était fort psychologiquement, mais il ne l’était pas. Peut-être que tout le monde a besoin d’être en forme psychologiquement jusqu’à la fin, et au moment de son départ, il était petit. Maintenant, c’est plus stable sur le plan psychologique. Il doit nous montrer de quoi il est capable. Il est souvent dans les équipes qui ont des problèmes. C’est très important d’entrer dans une bonne équipe avec un bon contrat. C’est difficile pour un joueur quand il est prêté. Quand tu rejoins une nouvelle équipe et que tu ne sais pas si tu vas y rester deux ou trois ans, c’est un tout autre moment. On espère qu’il trouvera sa place ici, il a très envie de jouer à Bordeaux. Dans trois ou quatre mois, on saura si Bordeaux l’achète ou pas. Maintenant qu’il est psychologiquement stable, il s’est rendu compte que lui seul pouvait décider de son avenir. Personne ne peut l’aider, ni le père, ni le journaliste. Lorsque tu entres sur le terrain vert, tu dois montrer ce que tu peux faire. Si tu n’es pas fort, personne ne t’aidera ».

Retranscription Girondins4Ever