Arnaud De Carli : « Pour ceux qui pensent que c’est un club qui s’est monté comme ça, un peu fantomatique, pour acheter la paix, par Gérard Lopez : ce n’est pas du tout ça »

Sur Bordeaux-Sport, Arnaud De Carli a expliqué la différence entre le Comité 1881, qui a été créé par le FCGB, et le Club Scapulaire qui est indépendant.

« Le Club Scapulaire est aujourd’hui un club indépendant. On n’est pas rentrés au capital du club, donc on a repris notre indépendance, avec un courant de pensée indépendant. S’il y a quelque chose à dire qui pourrait être contraire à la direction, on osera le dire et on le dira de manière formelle. Après, ils en tiendront rigueur ou pas, c’est comme ça. Il y a eu l’opportunité du Comité 1881 qui a été fondé dernièrement, dont je fais partie. Je suis aujourd’hui le seul à avoir aujourd’hui la double casquette, et c’est plutôt reconnaitre de la part des Girondins de Bordeaux l’efficacité du Club Scapulaire en y intégrant un de ses membres. Le Club 1881 est interne aux Girondins de Bordeaux, il est également en support des Girondins, avec des missions un peu différentes. Il faut savoir qu’il est restreint ce club 1881. On est une dizaine de membres avec des anciens sportifs, des personnes politiques, des personnes de l’économie bordelaise. Pour certains sujets, on aura besoin du Club Scapulaire en support. A aucun moment ça fait doublon. J’ai la double casquette et aujourd’hui on gère. Il y a aujourd’hui des sujets où le Club Scapulaire sera en support de certaines actions du Comité 1881 ».

D’avoir la double casquette n’est pas problématique ?!

« La question s’est posée pour savoir si je sortais du Club Scapulaire. Moi, c’est mon ADN, je suis proche des Girondins aujourd’hui grâce au Club Scapulaire. Il n’était pas question pour moi de changer. Après, si ça avait posé un problème aux autres membres du club Scapulaire, je me serais retiré. On s’est posé la question, on a délibéré, on a trouvé que c’était plutôt positif que j’aie cette double casquette. Alors, après, il y aura peut-être des sujets sur lesquels je me retirerai, où je ne pourrai pas forcément, mais je sais que d’autres du Club Scapulaire le feront à ma place ».

Concernant le Club Scapulaire et le Comité 1881, quelle communication a été choisie sur ce qui est fait au niveau des missions ?

« Au Club Scapulaire, tout sera public, on n’a rien à cacher, on pourra rendre publiques toutes nos actions. Après, au sein du Comité 1881, ce sera aux Girondins de voir comment ils voudront qu’on communique sur ces actions. Il y a déjà des groupes de travail qui se sont formés, il y en a 7 ou 8 je crois, avec des petits groupes de 3-4 personnes. Je participe à 3-4 groupes de travail. Je pense que les Girondins rendront publiques les actions. En tout cas, c’est concret. On travaille beaucoup. Pour ceux qui pensent que c’est un club qui s’est monté comme ça, un peu fantomatique, pour acheter la paix, par Gérard Lopez : ce n’est pas du tout ça. On travaille vraiment de manière très régulière, que ce soit en vision ou en physique, sur des sujets qui sont bien déterminés. Je pense que les résultats seront rendus publics. Et pour ce qui est du Club Scapulaire, oui, sans aucun problème, on fera des communiqués réguliers sur des avancées, des choses qui avancent concrètement, positivement, ou pas d’ailleurs ».

Retranscription Girondins4Ever