Zuriko Davitashvili : « A mon avis, jouer en Ligue 1 est plus facile. En Ligue 1, tu as la possibilité de jouer avec le ballon pendant plus de temps »

(Photo by Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport)

Pour Geo Team, l’ailier géorgien des Girondins de Bordeaux, Zuriko Davitashvili, est revenu sur les préparation d’avant match au FCGB, qui ne sont pas des mises au vert contrairement à ce qu’il a connu avant.

« Pour moi c’est mieux, chez moi c’est beaucoup plus confortable. Tu dois rester sans un endroit calme, tu n’as pas besoin de sortir, tu te prépares pour le match. Si tu fais autrement, tu n’es pas professionnel, et cela affectera aussi ton jeu. Comme nous allons directement au match, nous laissons nos crampons au centre de formation du club lors du dernier entrainement collectif, et le responsable de l’équipe les amène au vestiaire. J’apporte uniquement les choses que j’utilise quotidiennement : des écouteurs, un sac d’hygiène, des chaussettes, mon chargeur, des claquettes…  Je prie aussi toujours deux fois dans le vestiaire : avant l’échauffement puis avant le match. Il est hors de question de faire autrement. Avant le match, chacun a son propre rituel : certains prient, d’autres se comportent différemment. On se retrouve au stade et toute l’équipe se rend à l’hôtel avec le bus. Puis on se balade un peu, on mange et on a une séance de théorie avant le match. Ensuite, on se repose un peu, puis on va au match ».

Puis il s’exprima sur la rencontre face au Stade Rennais, en Coupe de France, lui ayant permis de jauger le niveau de la Ligue 1.

« A mon avis, jouer en Ligue 1 est plus facile. En Ligue 1, tu as la possibilité de jouer avec le ballon pendant plus de temps. En Ligue 2, ils jouent très agressifs, si tu as le ballon ils te frappent immédiatement dans les pieds. Quand j’ai joué contre Rennes, j’ai été surpris car les rennais ne jouaient pas comme ça. On recevait le ballon et on avait le temps d’action. Mais même s’ils te laissent contrôler le ballon, ils jouent très fort. Ils utilisent les moments qu’ils créent. En Ligue 2, il est possible de ne rien créer, même une seule fois dans le match ».

Retranscription Girondins4Ever