Andréa Lardez : “Je sais que je ne communique pas de la même façon avec certaines qu’avec d’autres”

Régis HAZENFUS – Photographe

Pour Médit’Action, la capitaine des Girondins de Bordeaux, Andréa Lardez, est revenue sur les habilitées mentales qu’il faut pour être capitaine dans un sport collectif, comme elle l’est au FCGB.

« On m’aurait demandé ça il y a quelques temps, j’aurais dit qu’il fallait être à l’aise avec le fait de parler en public, entre autres. Je me dis qu’au final, on peut peut-être le faire différemment. Peut-être justement davantage par l’action… Je pense qu’il faut surtout être en accord avec ses propres valeurs, et les valeurs qu’on veut mettre en application dans un collectif. On ne peut pas toujours l’être, mais être le plus irréprochable possible, être pointilleux sur les horaires, être la première dans le travail et l’exigence, etc… Après, je pense qu’il faut par contre avoir un bon mode de communication si ce n’est pas prendre la parole devant tout le monde et crier. Je pense qu’il faut quand même savoir aller auprès des joueuses et essayer de recueillir les sentiments, quand ça va, quand ça ne va pas… Au moins être à l’écoute et trouver le bon mode de communication avec les différentes joueuses de l’effectif. Je sais que je ne communique pas de la même façon avec certaines qu’avec d’autres. Sur le terrain et en dehors du terrain, ce sont des communications qui sont encore différentes. Il faut savoir être à l’écoute, bien observer comment fonctionne chacune, et rentrer en communication tout en respectant le fonctionnement des unes et des autres ».

Retranscription Girondins4Ever