Gustavo Poyet : “On est arrivés à Grenoble, il y avait un mètre de neige, et je me suis dit que ça allait être difficile pour moi ici (rires)”

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Gustavo Poyet, ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux entre Janvier et Août 2018, actuel sélectionneur de la Grèce, est revenu sur son passage à Grenoble en tant que joueur, en D2 où cela a été difficile.

(rires) Le plus important à cette époque c’est que j’étais nul, je n’ai pas bien joué. Je ne peux pas trouver des excuses ou autre parce que j’étais nul. Je n’ai pas réussi à donner ce que j’avais à donner. Ils ont essayé de m’aider à Grenoble mais ça n’a pas marché. C’était moi le responsable à 100%. La vérité est là, c’était difficile pour moi, c’est vrai. Ca allait plus vite, c’était plus difficile de jouer en deuxième division, à 20h00 le samedi soir. A ce moment-là on avait 300 personnes à Grenoble dans le stade.”

Au départ, Gustavo Poyet pensait pouvoir signer à Nice, il raconte cette anecdote : 

(sourire) Je vais te raconter l’histoire. J’étais à Nice pendant 20 jours en Janvier, j’ai même joué en amical. Tout était prêt pour signer à Nice mais ils avaient deux joueurs yougoslaves qui ne voulaient pas partir. Il me semble que c’était l’avant-dernier jour de Janvier et quelqu’un me dit qu’on peut aller à Grenoble… J’ai dit : De quoi ? Où ? (rires). Du coup on est partis, on est arrivés à Grenoble, il y avait un mètre de neige et je me suis dit que ça allait être difficile pour moi ici (rires). C’était une bonne équipe, ils ont essayé. Je me rappelle qu’il y avait Didier Christophe, Jean-Pierre Motet dans les buts, Bernard David…  Il y avait une équipe intéressante mais on n’est pas bien partis, Lyon est parti en feu et c’était difficile pour nous. La deuxième saison ils ont dit que c’était fini, et Gustavo Poyet aussi (sourire).”

Retranscription Girondins4Ever

Du lundi au vendredi, sur France Bleu Gironde, retrouvez l’émission 100% Girondins, animée et présentée par Dominique Bourdot à partir de 18h30. Vous pouvez retrouver le podcast de l’émission quelques minutes après la fin de celle-ci : ICI.