Frédéric Berna (avocat) : “J’ai toujours soutenu qu’il y avait un cinquième tireur isolé, qui n’était pas les quatre frères Vairelles”

A la fin de la semaine, Tony Vairelles pourrait retourner en prison. En première instance, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux a été condamné à cinq ans de détention dont deux avec sursis. Une rixe à la sortie d’une discothèque dans la banlieue de Nancy avec arme à feu, est à l’origine de cette condamnation. L’ancien avant-centre estime injuste cette condamnation et il se dit depuis le début innocent.

L’avocat des frères Vairelles, Frédéric Berna, s’est exprimé au terme de la première journée, auprès de France 3 Lorraine.

« J’ai toujours soutenu qu’il y avait un cinquième tireur isolé, qui n’était pas les quatre frères. Et les éléments de balistiques notamment démontrent que les coups n’ont pas été tirés à bout portant. Ils n’ont pas été tirés au corps à corps. Le seul élément objectif qu’on a dans ce dossier, un des seuls, la balistique, c’est que les coups n’ont pas été tirés à bout portant ».

Pour l’avocat des videurs, Mathieu Schwartz, qui ont été sérieusement blessés,

« Ils sont en permanence dans l’attente d’une audience où ils vont être interrogé, réinterrogés, encore une fois interrogés, replacés devant ce qu’ils ont dit il y a douze dans. C’est très difficile pour eux, surtout que mon client Carlo, a pris de la morphine quand même pour venir… C’est quand même délicat pour eux ».

Le procès en appel va durer une semaine, où il devra être démêlé le vrai du faux, et les versions de chacun.