Vital Nsimba explique sa relation avec la sélection du Congo, et pourquoi il n’a plus eu de capes depuis le 4 octobre 2016

Sur Leopardsfoot TV, Vital Nsimba a parlé de sa relation avec la sélection. Après une première cape en 2016, il ne fut rappelé réellement que récemment. Il en expliqua les raisons.

« Après, ça a été un peu l’histoire de ma vie en sélection. J’ai été appelé, mais je n’ai jamais eu la chance de jouer. Il y avait aussi des joueurs qui, à ce moment-là, étaient au-dessus de moi, en termes de standing club. C’est comme ça. J’attends encore mon heure, et j’espère qu’elle arrivera très prochainement […] En étant encore en lien avec le coach, le coach suivant m’avait envoyé un message pour me dire qu’il me suivait, je me suis juste concentré sur mes performances en club en vrai… Tout est lié, quand tu es performant en club, tu as plus de chances de re-goûter à la sélection. Je me suis concentré sur le club ».

En mars 2023, il fut en tout cas appelé et fit le déplacement, sans avoir de temps de jeu.

« Honnêtement, la première impression du coach était très très bonne. Il nous a apporté de la discipline, et de l’ordre. Dès qu’il est arrivé, il a mis les choses au clair en termes de discipline, de système de jeu sur le terrain, ce qu’il fallait faire. Et ça, c’est une très bonne chose parce qu’on sait où on veut aller. C’est peut-être quelque chose qui manquait avant. Si tout le monde va dans le même sens, on peut vraiment faire quelque chose de grand ».

Malgré tout, sportivement, ce retour, au niveau des résultats, ne s’est pas passé comme prévu.

« Ce qui n’a pas fonctionné ? Franchement, sur le match, on avait un projet en place, et selon l’adversaire tu ne peux pas forcément le proposer. Franchement, on avait fait le nécessaire, on avait ouvert le score en premier… C’est vraiment l’arbitre, parce qu’on était dans notre match. L’arbitre nous a tués (sourire). Je crois que je n’ai jamais vu un arbitrage comme ça (rires). Franchement, il a fait une masterclass tout le match. Mais bon, le coach le savait, et on le savait aussi avant le match. Les arbitres avantagent beaucoup les équipes à domicile, mais là on ne pensait vraiment pas autant (rires) ».

Le latéral des Girondins est en concurrence avec Arthur Masuaku. Comment cela se passe ?

« Très bien. Honnêtement, ça se passe super bien. C’est un joueur très fort, qui a côtoyé le meilleur championnat du monde, la Premier League. J’essaie d’apprendre de lui aussi »

Retranscription Girondins4Ever