Accord trouvé pour le versement à Eduardo Macia, le cas de Vladimir Petkovic est toujours en suspend

(Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)

Les Girondins de Bordeaux réalisent une très bonne saison sur le plan sportif. Après des gros doutes en tout début de saison et un avenir en pointillés, le club au scapulaire a su redresser la barre financièrement et sportivement, malgré quelques accrocs.

Aujourd’hui les bordelais sont sportivement encore en course pour la montée en Ligue 1, même si la défaite à Annecy (1-0) a donné un coup sur la tête à tous les supporters, joueurs, dirigeants et sympathisants Girondins. Il faudra pour cela tout donner face à Rodez et espérer au faux pas suffisant du Havre ou de Metz face à Dijon et Bastia.

(Photo by Dave Winter/Icon Sport)

En coulisse en revanche, les “vieux démons” du passé assez récent des Marine et Blanc viennent de ressurgir. En effet, le quotidien Sud Ouest nous informe que le litige opposant le club et Eduardo Macia, ancien directeur sportif sous l’ère GACP – King Street, vient de prendre un tournant. L’homme espagnol avait été devant les Prud’hommes pour obtenir des Girondins, une indemnité suite à son licenciement. Il avait été licencié pour faute grave par la direction de l’époque, après des négociations douteuses avec des agents, concernant le transfert de Naoufel Khacef, ce jeune latéral algérien qui n’aura finalement que joué avec la réserve. En Octobre 2022 le club avait fait appel de la décision pour ne pas verser les 2,4 millions d’euros demandés par Eduardo Macia. Les Prud’hommes avaient eux fixé le montant à 1,9 M€. Visiblement les deux parties ont trouvé un terrain d’entente pour couper la poire en deux. Les Girondins de Bordeaux devront donc verser environ 1 million d’euros à son ancien directeur sportif.

Ne reste plus que le cas de Vladimir Petkovic. L’ancien coach avant l’arrivée de David Guion, avait été licencié faute de résultats, alors que son contrat ne se terminait que dans deux ans et quatre mois. La somme réclamée s’élève à 13,5 millions d’euros, ce qui n’est pas pareil… A ce jour, rien n’a été fixé. On n’a donc pas fini de dépoussiérer les vieux dossiers du passé peu glorieux du club sous l’ère américaine.