Le communiqué des Ultramarines après Bordeaux-Rodez : “Nous avons failli”

Les Ultramarines viennent de sortir un communiqué après la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Rodez, avec l’incident que l’on connait. Le voici :

COMMUNIQUÉ – 3 JUIN 2023

C’est le cœur meurtri que nous nous adressons à vous aujourd’hui. Difficile de trouver des mots à la hauteur de notre douleur.

Depuis des années, nous nous battons afin que notre tribune soit respectable, passionnée et bruyante mais respectueuse et bienveillante envers tous et toutes, et surtout, que par ses actions et sa passion débordante elle ne péjore pas notre club.

Hier, clairement, nous avons failli. Par de multiples jets de projectiles, dans un premier temps. Puis
par l’intrusion de l’un des nôtres sur l’aire de jeu, après le but de Rodez. La sidération a laissé place au désarroi : cette grande fête que nous préparions depuis des semaines a été fauchée à la 23e minute de jeu.

Nous ne pouvons que constater et reconnaitre les faits. Nous présentons nos plus sincères excuses au club, aux stadiers, aux joueurs, et à l’ensemble des 42 000 personnes présentes au stade hier soir. Avant ce match, nous voulions vous faire rêver ; après ce terrible coup dur sportif, nous avons contribué à transformer cette soirée en cauchemar.

Notre tribune, pleine à craquer 1h45 avant le match, était dans un état second. Nous avons rarement vu une telle tension dans nos travées. Nous avons fait évacuer, entre l’avant match et le court temps de jeu, plus de dix personnes victimes de malaises. Après des saisons très difficiles et la menace de disparition de notre club l’année passée, ces derniers mois en forme de montagnes russes n’ont pas ménagé nos émotions.

Il y avait hier trop d’attentes, trop d’espoirs. Cela n’excuse pas le geste de l’un des nôtres, mais c’est dans ce contexte qu’il est intervenu. Membre émérite du Virage Sud depuis 30 ans, notre camarade, connu pour son calme et sa mesure, avait fait, comme d’autres, des centaines de kilomètres pour voir le match. La passion a pris le dessus sur la raison. Il s’est rendu à la police hier soir et nous savons qu’il assumera son geste. Les Girondins ont vécu une soirée cauchemardesque mais nous savons qu’il portera sur ses épaules le poids de cette terrible soirée le restant de ces jours ; aussi, nous pensons à lui. Croyez-nous, nous assumons bien évidemment notre part de responsabilité et tirerons les conséquences de cette soirée afin que plus jamais de tels événements ne se reproduisent.

Néanmoins, nous regrettons également fortement l’application de la procédure d’arrêt définitif du
match, que nous considérons comme largement disproportionnée. Les images parlent d’elles même : si une lourde sanction à notre encontre est logique et légitime, la prétendue gravité de la blessure ayant conduit à cette décision irréversible nous interroge. D’autant que, et ce sont encore une fois les images qui le prouvent, l’intervention malheureuse de notre membre n’avait pas vocation à blesser. Ce match pouvait reprendre, comme tant d’autres ont repris après des faits bien plus graves. D’autant que les risques de troubles à l’ordre public étaient grands ; aussi nous avons fait tout notre possible afin que notre tribune quitte le stade dans le calme. Nous la remercions d’avoir écouté nos consignes, malgré la déception et la colère.

Pour conclure, nous réitérons nos excuses à toutes et à tous. Ce triste épilogue ne nous fera pas oublier les enjeux immédiats du FC Girondins de Bordeaux, qui s’apprête à passer une deuxième saison Ligue 2.

ULTRAMARINES BORDEAUX 1987

Image