Sébastien Faraglia (Annecy) : “Les images parlent d’elles-mêmes. Ma position entre samedi et dimanche commence à changer et j’ai envie de dire qu’il est temps que la mascarade s’arrête”

Dans L’Equipe du Soir, Sébastien Faraglia, Président d’Annecy, s’est exprimé suite à l’interruption définitive de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Rodez (0-1 après 22 minutes). Il a notamment évoqué cette commission de discipline à venir ce lundi.

Si je souhaite que le match soit rejoué ? Effectivement c’était la posture du club et la mienne samedi en fonction des éléments qu’on avait. Si ma posture a changé ? Elle commence à changer un peu au regard de tout ce qu’on entend, de tout ce qu’on lit et certainement de tout ce qu’on entendra ce lundi. Ma position est simple, j’essaye d’être factuel. Il y a un match qui est arrêté sur décision de l’arbitre, sur un certificat médical prétextant une commotion. Il n’y a pas à juger ça, le match s’arrête. Nous, à ce moment-là on est au PFC et on se dit qu’il s’est passé quelque chose de très grave. Il ne s’agit pas de minimiser ce qu’il s’est passé. Dans le même temps, des conférences de presse, on entend le Président et l’entraîneur de Rodez qui nous annoncent que le joueur est parti à l’hôpital pour prévention et sous contrôle médical. On a le Président de Rodez dans un second temps, qui annonce qu’il se rangera à la décision de la commission et dans le même temps il envoie ses joueurs en vacances. Et ce dimanche on lit dans la presse que le représentant du parquet nous dit que finalement le joueur n’est jamais allé à l’hôpital, qu’il est resté au stade. Pire que ça, le certificat laisse à supposer qu’il n’est pas conforme au règlement. Maintenant vous inversez les rôles, vous vous mettez à ma place. Vous prenez un petit peu de recul et vous re-regardez les images. On a un supporter bordelais qui descend sur le terrain, il n’a évidemment rien à faire là à ce moment-là, il est condamnable, il sera condamné et ce n’est pas le débat. Mais quand on parle d’agression, il faut plutôt remettre les bons mots sur les images. C’est une poussée d’un groupe de joueurs de Rodez qui vient fêter le but devant le kop et là, il y a deux joueurs de Rodez qui tombent au sol. Il y en a un qui se relèvera après une commotion avérée par le docteur de Rodez et le deuxième qui ne sait pas s’il doit se relever ou pas. Les images parlent d’elles-mêmes. Donc c’est vrai que ma position entre samedi et dimanche commence à changer et j’ai envie de dire qu’il est temps que la mascarade s’arrête. Soit effectivement il y a une volonté manifeste de Rodez d’enrayer la tenue de ce match et ils doivent être sanctionnés, au même titre qu’il faut sanctionner les agressions, au même titre qu’on sanctionnerait un joueur qui simule une faute et qu’on se rend compte avec la vidéo de la supercherie. Puis effectivement, si le match doit se rejouer, qu’il se rejoue vite sur le terrain tout simplement. La donne n’a pas changé, même si Annecy a joué sa 38ème journée, la donne pour Rodez n’a pas changé. Il faut gagner à Bordeaux pour se sauver. C’était le cas avant le match, et c’est toujours le cas.”

La Chaine L’Equipe

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Sylvain Thomas/FEP/Icon Sport)