Robert Malm : “Si on multiplie les recours, cela peut aller très loin. Et vous connaissez aussi la lenteur dans notre pays dans le domaine administratif…”

. (Photo by Sylvain Thomas/FEP/Icon Sport)

Sur ARL, le consultant et commentateur beIN Sports, Robert Malm, a répondu à la question de savoir s’il y avait de la peur chez les Girondins de Bordeaux lors de ce dernier match face à Rodez.

« La peur n’empêche pas de jouer et de prendre des initiatives. C’est même excitant quand on a ce genre de match à jouer. Après, elle s’enlève, et s’inhibe complétement quand on ouvre le score, et même quand on prend un but, qui vous met un petit coup de fouet, qui vous dit qu’il faut jouer, et ne pas avoir peur de prendre des initiatives. Je pense que le match avait plutôt été abordé par le bon bout parce que si je me fie à ce que j’ai vu, Bordeaux a les premières situations, mais deux fois Rodez a eu l’opportunité de marquer. Mais sur le reste du match, Bordeaux a les situations pour ouvrir le score d’abord, et je pense qu’il y avait, en tout cas à mon avis, le place encore de faire quelque chose. Maintenant, on connait tous ce qui s’est passé par la suite. La peur, la panique, la bêtise aussi, il ne faut pas avoir pour des mots. La bêtise a fait que le match a été arrêté à la 22ème minute. On est désormais dans l’incertitude totale parce qu’au-delà de Bordeaux, cela concerne aussi Rodez, Annecy et Metz. Tout le monde est dans l’expectative de savoir ce que la commission va prendre comme décision. Je leur souhaite bon courage parce qu’on aura beau retourner le problème dans tous les sens… ».

Quelles pourraient être ces décisions ?

« Quoi qu’il en soit, je pense qu’il y aura des recours qui vont être demandés par les clubs, et je ne sais pas si ce match va être rejoué… Si on multiplie les recours, cela peut aller très loin. Et vous connaissez aussi la lenteur dans notre pays dans le domaine administratif et traitement de problème… Quand ça touche le monde politique ça peut aller très vite, mais le monde civil voire le monde sportif, ça peut beaucoup de temps. Alors qu’aujourd’hui, il y a des emplois à la clé, des décisions à prendre, des joueurs dans l’expectative… Je ne sais pas comment ça va se passer. J’avais dit au micro que Bordeaux allait perdre le match sur tapis vert, mais après, il y a beaucoup de choses sur lesquelles on peut discuter longtemps ».

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Sylvain Thomas/FEP/Icon Sport)