Bixente Lizarazu : “Lors de mes débuts à Bordeaux, je saoulais les Thouvenel, Battiston et Rohr de questions”

Pour Ouest-France, l’ancien latéral des Girondins de Bordeaux, Bixente Lizarazu, a évoqué les différents sports qu’il pratique aujourd’hui. Pour lui, jiu-jitsu brésilien notamment, lui apporte ou lui rappelle « l’esprit club et la camaraderie du vestiaire ». Il lui rappelle même le football qu’il aime

« Je fais partie d’une génération de footballeurs où le respect des anciens était primordial. Lors de mes débuts à Bordeaux, je saoulais les Thouvenel, Battiston et Rohr de questions, sur leur manière de s’entraîner, leur hygiène de vie, etc. Aujourd’hui, dans le foot, tout arrive trop tôt et ça fait vriller les têtes. Quelque chose s’est cassé sur ce plan de l’apprentissage par la transmission. Pour moi, dans le jiu-jitsu brésilien, il y a un réel respect du matériel. On salue le tatami, tout comme l’adversaire. Il y a une vraie humilité à avoir, un respect par rapport aux anciens, aux grades. »

Champion du Monde 1998, et retraité des terrains depuis plusieurs années maintenant, Bixente Lizarazu ne pratique plus réellement le football.

« J’y joue surtout sur la plage ou sur des terrains vagues, avec des copains, comme quand j’étais gamin. Je fais quelques matches caritatifs, mais c’est tout. L’aspect codifié du foot ne me manque pas du tout. J’ai la sensation d’en avoir fait le tour lors de ma carrière. Je ne pourrai jamais faire mieux. »