L’absence des supporters à Caen, l’adaptation de sa défense, la situation financière du club… les réponses d’Albert Riera

Le coach des Girondins de Bordeaux, Albert Riera, en conférence de presse, a répondu à divers sujets. Voici ses réponses, ainsi que les thèmes.

L’absence des supporters à Caen

« Non, je ne crois pas que ça ait changé quelque chose dans l’approche du match. Je le savais le même jour. Mais le soutien, tu le sens… Ce que je veux dire, c’est que si l’équipe donne des choses, c’est qu’elle est bien… Si l’équipe a des résultats, les supporters sont derrière elle. Quand tu les écoutes pendant le match, c’est bien, mais je parle plus de sensations, et on sait que si on fait les choses bien, ils sont derrière nous. Physiquement, ils n’étaient pas là, mais on savait qu’on était dans un moment où il fallait faire un pas en avant… On l’a fait, on l’a fait pour eux, et pour nous ».

Son adaptation aux nombreuses absences en défense

« Ce n’est pas seulement 11 ou 15 joueurs, c’est une équipe. On a besoin de tout le monde. C’est pour ça que quand je disais qu’on avait besoin que tous soient connectés, que personne ne sache qui jouera le samedi, que tout le monde pense qu’il sera titulaire la veille de match… Quand tu as besoin d’eux, tu les as avec toi, avec l’équipe surtout. Ils sont prêts. C’est pour ça que je dis toujours que le groupe, c’est le plus important, le collectif aussi. Parfois, on parle de quelques individualités pendant l’année, évidemment, on peut le faire. Mais à la fin, c’est le collectif, c’est le groupe qui compte ».

La situation financière des Girondins

« Si je n’en sais rien, qu’est-ce que je vais en parler avec mes joueurs ?! Je n’en sais rien, et je ne veux pas savoir. C’est quelque chose qui ne me concerne pas. Si vous voulez ne savoir plus sur ce sujet, demandez au Président. Moi, je n’en sais rien. Ma couleur préférée c’est le vert, et on doit parler de ça, non ?! Vous savez, comme je n’en sais rien, je ne vois pas pourquoi j’en parlerai avec les joueurs. Et si je n’en sais rien, imagine les joueurs… ».

Retranscription Girondins4Ever