Christophe Dugarry : “Pour moi, le point faible était criant sur ce match, c’était le côté droit et le poste d’arrière droit de Koundé”

Dans Rothen s’enflamme sur RMC, Christophe Dugarry, ancien joueur des Girondins de Bordeaux et consultant, s’est exprimé suite à la défaite du Paris-Saint-Germain face au FC Barcelone, en match aller du quart de finale de la Ligue des Champions (2-3). Le sujet était : Le PSG a-t-il touché ses limites ?

Si le PSG a touché ses limites ? Ses limites, oui, oui, forcément. Sur ce match ça a été le cas à mon avis. La limite de l’organisation de son entraîneur, la limite des dingueries de son entraîneur encore, qui nous a préparé un truc en avant-match qui a absolument servi à rien, à son équipe. On ne peut pas parler que du manque d’envie. Il y a des gens qui ont aussi des responsabilités, les joueurs, mais aussi un entraîneur qui est là pour faire une composition d’équipe qui doit permettre à son équipe d’être meilleure. Il doit annoncer à son équipe des intentions de jeu qui doivent permettre à son équipe d‘être meilleure, d’être conquérante, d’avoir cette possession. Malheureusement je n’ai toujours pas compris à quoi a servi la titularisation d’Ascencio, pourquoi il a été mis là. Je ne comprends pas ce qu’il a voulu faire de ce joueur en le mettant dans cette position et en le titularisant. La même chose pour Kang-in Lee. L’avantage avec lui, c’est que tu n’es jamais surpris de ce garçon, il joue toujours de la même manière, c’est-à-dire, tricoter sur son pied gauche et mettre des espèces de ballons devant. Je ne sais pas à quoi sert ce garçon. Il a certainement des qualités, il a certainement du talent, mais pour l’instant c’est une énigme absolue. Tu n’es jamais déçu parce qu’il ne propose rien. Donc forcément, je ne comprends pas ce que Luis Enrique, qui à l’ADN du Barça plus que n’importe qui d’autre, a voulu mettre en place. Avant le match, j’avais identifié le point faible de cette équipe du Barça. Où va souffrir le Barça et où va souffrir le Paris-Saint-Germain. Pour moi, le point faible était criant sur ce match, c’était le côté droit et le poste d’arrière droit de Koundé. Pour moi, Koundé, ce n’est pas son poste, ça ne le sera jamais. Je le trouve en énorme difficulté quand il a le ballon et quand il ne l’a pas. Pour moi, la difficulté et le point qu’il fallait cibler du côté du Barça, c’était ce côté droit, ce côté gauche du Paris-Saint-Germain. Je m’attendais à voir un pressing, c’est-à-dire de laisser Koundé tout seul et au moment où il reçoit le ballon tu déclenches un pressing fort, tu montes fort sur lui, et les ballons tu allais tous les récupérer les uns après les autres. Puis tu mettais Kylian Mbappé de manière systématique, tu insistais sur Kylian Mbappé pour qu’il aille le percuter, avec Mendes qui dédoubler dans son dos. Je trouve que là ça pouvait apporter quelque chose d’intéressant.”

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Alvaro Medranda/Icon Sport)