Laurent Batlles : “De ce que je vois et de ce que je sais, Bordeaux n’aime pas trop ces équipes qui jouent sur des blocs bas, avec des joueurs de vitesse devant”

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, l’ancien milieu de terrain désormais entraineurs, Laurent Batlles, s’est exprimé sur le prochain adversaire des Girondins de Bordeaux, le Sporting Club Bastia. Est-ce mieux pour les bordelais de recevoir à ce moment de la saison, plutôt que d’aller en Corse ?

« C’est vrai que j’ai joué aussi là-bas, dans des périodes où ça s’est très bien passé. Il est vrai que quand vous jouez dans ce stade, avec l’ambiance qu’il y a, avec la ferveur… Malgré tout, oui, c’est un contexte particulier, on sait très bien que quand on va là-bas, il faut être prêt à pouvoir jouer. Les joueurs bastiais savent aussi que le contexte, par moment, et je l’ai vécu, revigore un peu tous les joueurs. C’est-à-dire qu’à un moment donné, ce que vous vivez dans d’autres clubs, vous ne le vivez pas à Bastia. A un moment donné, ça vous fait un supplément d’âme. Je ne les vois pas trop descendre (en National), mais en jouant quelques matches à domicile… Tout en sachant que lors des derniers matches aussi, on sait très bien que des fois, les championnats sont terminés (pour certaines équipes)… Je ne les vois pas trop avoir de problèmes. Maintenant, c’est sûr qu’on se dit toujours ça maintenant, mais plus vite on est maintenus, mieux c’est aussi. Donc je ne pense pas qu’ils viennent à Bordeaux dans l’optique de se dire qu’ils attendront de jouer chez eux à domicile pour prendre des points. Ils vont essayer bien sûr de venir récupérer des points à Bordeaux. Et aujourd’hui, de ce que je vois et de ce que je sais, Bordeaux n’aime pas trop ces équipes qui jouent sur des blocs bas, avec des joueurs de vitesse devant, ou des joueurs de contre… A eux d’être performants »

Retranscription Girondins4Ever

Du lundi au vendredi, sur France Bleu Gironde, retrouvez l’émission 100% Girondins, animée et présentée par Dominique Bourdot à partir de 18h30. Vous pouvez retrouver le podcast de l’émission quelques minutes après la fin de celle-ci : ICI.