Nicolas De Tavernost : “Nous étions allés chez lui à Madrid avec Jean-Louis Triaud pour rester discret. Cela a failli se faire… Même si cela n’aurait été que temporaire car il avait d’autres ambitions”

Président des Girondins de Bordeaux durant de nombreuses années (depuis 1999), avant de passer la main en 2018, Nicolas de Tavernost quittera son poste de la direction du Groupe M6 ce mardi 23 Avril et le cèdera à David Larramendy. Avant cela, il a livré une interview pour le quotidien sportif L’Equipe, où il revient sur toutes ces années dans le sport et plus précisément le football. Il a bien entendu évoqué les Girondins de Bordeaux. Pour commencer il a évoqué son arrivé dans le monde du ballon rond.

“Discuter avec la Ligue était un progrès… Depuis la création de M6, je demandais des rendez-vous à la Fédération pour récupérer des matches mais on ne me répondait même pas. Une espèce de cartel nous empêchait de diffuser du foot. Or, il était indispensable d’avoir ce qui fait des audiences considérables. Comme on ne pouvait pas rentrer par la porte, on est rentré par la fenêtre.

Il a donc de ce fait investi sur le club au scapulaire. Pendant cette période les Marine et Blanc ont engrangé plusieurs titres et trophées, et réalisé un très beau parcours en Ligue des Champions lors de la saison 2009/2010. Puis le club a été vendu en 2018.

“Les repreneurs avaient toutes les qualités sur le papier – de l’argent, une expérience dans le foot pour l’un d’entre eux, des fonds américains – mais ça ne l’a pas fait… Je n’ai jamais reçu un seul coup de fil des repreneurs passés ou actuels depuis la cession. C’est dommage et c’est douloureux de voir le club en Ligue 2. Nos dix-neuf ans ont été gâchés en trois ans. Si j’avais essayé de recruter un très grand joueur durant ma présidence ? Pas un joueur mais un entraîneur, Zinédine Zidane ! Il s’occupait des jeunes du Real (au printemps 2014). Nous étions allés chez lui à Madrid avec Jean-Louis Triaud (le président délégué) pour rester discret. Cela a failli se faire… Même si cela n’aurait été que temporaire car il avait d’autres ambitions.”

Photo Abaca