Clément Grèzes : “Albert Riera disait en conférence de presse qu’il y avait la qualité suffisante dans son équipe pour espérer faire un beau résultat sur ce match dans le Chaudron”

(Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) – Photo by Icon Sport

Sur BeIn Sports, Clément Grèzes, commentateur et consultant, couvrait la rencontre entre l’AS Saint-Etienne et les Girondins de Bordeaux (2-1), pour le compte de la 33ème journée de Ligue 2. Il a notamment évoqué la bonne première mi-temps des bordelais.

Disons-le clairement, on peut être critique parfois avec les résultats bordelais, on peut être critique de la communication d’Albert Riera, mais son équipe joue vraiment bien. […] Cela nous rappelle que si Bordeaux a souffert face à Auxerre, globalement cette année 2024, face aux équipes qui sont bien classées, dans le top 5 en tout cas, ça s’est plutôt bien passé. On pense à Grenoble et Angers. Grenoble s’est effondré depuis. […] Albert Riera disait en conférence de presse qu’il venait pour gagner, que toutes les équipes ne pouvaient pas tenir ce discours-là, mais qu’il y avait la qualité suffisante dans son équipe pour espérer faire un beau résultat sur ce match dans le Chaudron. […] Je devine les sentiments d’Olivier Dall’Oglio. Il y a une forme de nervosité liée aussi à ces transitions bordelaises. Ils ont laissé beaucoup d’espaces à Davitashvili et ensuite à Pedro Diaz, d’espace et de temps pour gérer ces moments-là.”

Il est également revenu sur le but des Girondins :

Pedro Diaz sait gérer ces situations et il en profite avec la complicité des stéphanois pour permettre aux bordelais de prendre l’avantage à la 42ème minute. Pedro Diaz encore une fois décisif, son sixième but de la saison.”

Mais il a aussi évoqué le coup de moins moins en première période :

C’est l’un des problèmes structurels effectivement, l’efficacité défensive bordelaise depuis le début de cette saison. C’est une équipe qui a concédé 43 buts, c’est la 13ème défense du championnat (avant la défaite à Saint-Etienne 2-1). On a parlé de ces problèmes de transitions, on peut parler effectivement des frappes de loin.”

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) – Photo by Icon Sport