Nicolas Paolorsi : “Là où je défends un peu Albert Riera, c’est qu’il arrive en Octobre. On lui dit ‘T’inquiète pas Albert, franchement au mercato hivernal on va arroser. Tu vas avoir des joueurs pour ton projet'”

Dans L’After Foot sur RMC, Nicolas Paolorsi journaliste RMC qui couvre les bordelais, s’est exprimé à l’issue de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Dunkerque (2-0), comptant pour la 34ème journée du championnat de Ligue 2.

Les Ultramarines étaient en grève sur ce match. Ils sont rentrés à la quinzième minute, ils se sont tus tout le match. Et le deuxième groupe de supporters, les North Gate, qui se tapent régulièrement sur la tronche avec les Ultramarines, ont eu un moment d’échange avec les joueurs. Ils les ont applaudi. Il y a une guerre interne entre ces groupes de supporters, à tel point que la préfecture s’inquiète vraiment de la suite. Je peux vous dire que le dispositif de sécurité autour de Bordeaux – Dunkerque, c’était dingue. La rivalité entre les deux ? Ça peut aller très loin.”

Puis il a parlé de l’entraîneur Albert Riera qui fait avec ce qu’il a sous la main :

Pour revenir au sportif, t’as un entraîneur qui est détesté de toute la Ligue 2. Le pauvre, là où moi je défends un peu Albert Riera, c’est qu’il arrive en Octobre. On lui dit ‘T’inquiète pas Albert, franchement au mercato hivernal on va arroser. Tu vas avoir des joueurs pour ton projet, t’inquiète pas’. Au final, encadrement de la masse salariale, interdiction de recruter. Donc il n’a pas de joueurs qui arrivent. Ils font même partir des joueurs. Tout est très compliqué. La seule chose qui est plutôt bonne à Bordeaux cette année, c’est que le groupe ne lâche pas. Tu peux être un joueur et te dire ‘Non mais c’est quoi ce club ! Avec tout ce qu’il se passe depuis cinq, six ans c’est terminé, j’essaye de sécuriser mon avenir ailleurs et je m’en fous du collectif’. Mais non ! A l’image du match face à Dunkerque, pour le coup ils essayent de se battre ensemble et c’est un groupe qui vit plutôt bien. Et je trouve quand même ça dingue.”

Retranscription Girondins4Ever