Peter Luccin : “Le troisième but c’était un gag. Je pense qu’on était plus costauds que Bordeaux quand même”

Dans Rothen s’enflamme sur RMC, Christophe Dugarry, ancien joueur des Girondins de Bordeaux et consultant, est revenu avec Peter Luccin, ancien joueur des Girondins entre Janvier 1997 et Juin 1998, sur son époque marseillaise. Il était question du parcours européen de 1999, où Marseille a été en finale de la Coupe UEFA face à Parme (défaite 3-0). Ils ont également évoqué cette saison 1999 et la lutte serrée avec Bordeaux, qui va remporter le titre en gagnant 3-2 au Paris-Saint-Germain.

Le troisième but c’était un gag. Je pense qu’on était plus costauds que Bordeaux quand même. Ils ont une bonne équipe mais nous, on était beaucoup plus costauds. Après, on perd à Paris cette année-là et je perds le ballon sur un but.”

Puis il a parlé de son plus grand regret en tant que joueur :

Si mon plus grand regret dans ma carrière est d’être venu à Paris ? Pas du tout. La plus grosse erreur a été qu’on ne nous ait pas donné le temps de construire quelque chose à Paris. A cause de qui ? C’est un collègue à vous non ? C’est Luis (Fernandez) qui vient à cette époque-là. Attention, je ne suis pas là en train de le critiquer. Il a une philosophie de jeu, il a un style de jeu, il a ses joueurs, il n’y a pas de problème. Mais à cette époque-là, cette équipe qu’on essaye de faire grandir, on était jeunes. Il fallait quand même nous laisser un peu de temps et renforcer l’équipe.”

Aujourd’hui entraîneur assistant au FC Dallas (MLS), on lui a demandé s’il aimerait entraîner en France :

Si à Clermont c’était chaud à un moment ? Ouais c’était proche, même à Monaco il y a trois ans. J’ai le temps, on va dire que j’ai le temps. Ma famille grandit ici, j’ai mes enfants qui sont à l’université ici. J’en ai un autre qui est en train de jouer au ballon et qui va peut-être signer en France dans un centre de formation. Au jour d’aujourd’hui, je suis plus en train d’attendre et de voir ce que ma famille va faire, plus que mon ambition personnelle. Si je ne refuserais pas un poste de numéro un ? A Clermont c’est ce qu’il s’est passé.” 

Retranscription Girondins4Ever

( Photo by Alain Gadoffre / Onze / Icon Sport )