Laurent Brun : “La grogne populaire se comprend tout à fait, et elle est motivée par une grosse inquiétude, pour ne pas dire une grosse peur de voir ce club disparaitre”

UB 87

Pour Bordeaux Le Mag, le journaliste Laurent Brun a commenté le fait que les Girondins de Bordeaux n’avaient désormais plus à se soucier de la cinquième place de Ligue 2. Puis, il s’est projeté sur la rencontre de vendredi à domicile contre l’AC Ajaccio.

« Ça y est, ce poids de la cinquième place est évacué, je suis un peu ironique… Il faut faire le job là dès ce week-end, assurer le maintien. Après, j’ai vu qu’Ajaccio n’avait plus gagné à l’extérieur depuis des mois, et ça m’a rappelé que Laval n’avait plus gagné également à domicile depuis des mois… Il faudrait, encore une fois, ne pas servir de sparring partner. Le contexte n’est pas bon, mais je pense que c’est quand même réalisable de prendre quelques points pour se sauver sur les trois dernières journées. Il suffit de gagner, et le maintien est assuré. Après, le contexte ambiant, il y a des affaires, comme Danylo Ignatenko… Tout ça rajoute à la difficulté du moment. Il faut essayer de faire abstraction de ça, se dire qu’il reste trois matches où il faut mettre un coup de collier. Le premier, c’est celui de vendredi. Si Bordeaux fait le job et gagne, le maintien sera acquis. Ce ne sera pas une bonne saison de toute façon, mais ce sera acquis sportivement. On est peut-être loin du compte financièrement, juridiquement et administrativement, mais ça on verra dans quelques semaines. Mais Ajaccio, c’est jouable, c’est une équipe qui ne fait pas non plus un super super championnat. Il faut être là. Concernant les supporters, je pense qu’il faut du soutien, et que ça ne peut qu’apporter un petit supplément d’âme. Maintenant, si les supporters font encore la grève, il faudra le respecter également, même si je pense que c’est un peu tard. Il fallait peut-être tirer la sonnette d’alarme un peu avant. Il faut respecter aussi les supporters qui viennent, qui posent des jours de congés, qui sont là… Cela fait partie du jeu de perdre aussi, mais quand c’est récurrent c’est inquiétant. La grogne populaire se comprend tout à fait, et elle est motivée par une grosse inquiétude, pour ne pas dire une grosse peur de voir ce club disparaitre ».

Retranscription Girondins4Ever