Stéphane Plancque : “Ils savent alterner les transitions sur des récupérations, et aussi du jeu construit, du jeu posé, des attaques posées, chose que ne faisait pas Bordeaux”

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Stéphane Plancque, ancien joueur des Girondins de Bordeaux, a commencé à faire un bilan de la saison.

Auxerre et Angers, ce sont des équipes qui jouent au ballon, qui jouent au foot, mais qui n’ont pas une possession stérile. C’est-à-dire qu’effectivement, ils savent alterner les transitions sur des récupérations, et aussi du jeu construit, du jeu posé, des attaques posées, chose que ne faisait pas Bordeaux. En fait, les deux gros travers que j’ai trouvés, mais ce n’est que mon avis, attention, moi je n’ai pas la science infuse, les deux gros travers que j’ai trouvés sur les Girondins de Bordeaux, je ne suis pas du tout en train de défendre le truc de David Guion, loin de là, c’est qu’il jouait avec un bloc un peu plus bas, ce qui mettait moins en difficulté Barbet. Là, il était en difficulté pratiquement à chaque match, parce que les joueurs adverses, les équipes adverses, ont vite compris que dès que ça partait dans le dos, c’était tout bon pour eux. Et la deuxième chose, c’est qu’il manquait, pour moi, un vrai joueur entre les lignes, qu’on trouve dans les intervalles et qui puisse vite amener de la verticalité. Et ça, c’est pour ça que ça ronronnait, ça ne faisait que du jeu latéral. Normalement, c’était supposé, au tout début de saison, moi je pensais que ça allait être Weissbeck, ce joueur-là. Il s’est avéré que ce joueur-là était un peu plus à l’aise quand il était face au jeu un peu plus en retrait, comme Pedro Diaz, alors qu’ils sont deux bons joueurs de football, deux bons techniciens, mais ce sont des bons techniciens quand ils ont le jeu devant eux et quand il n’y a pas trop de monde autour d’eux. Parce que sous pression, c’est compliqué.”

Retranscription Girondins4Ever

Du lundi au vendredi, sur France Bleu Gironde, retrouvez l’émission 100% Girondins, animée et présentée par Dominique Bourdot à partir de 18h30. Vous pouvez retrouver le podcast de l’émission quelques minutes après la fin de celle-ci : ICI.