Frédéric Antonetti : “Les grands clubs ne meurent jamais. Ça reviendra un jour. Il faut simplement les hommes pour, voilà”

Dans le Canal Football Club,  Alain Giresse est revenu sur le match de gala entre les anciens des Girondins de Bordeaux et Le Variétés FC. Il en profita pour parler de la situation actuelle du Club au Scapulaire.

« C’était impressionnant comme tout d’un coup, le film se faisait à l’envers. On remontait dans le temps, et dans le bus quand on venait au stade… Ce n’est pas retour vers le futur, mais retour vers passé… […] On souffre aujourd’hui. Dernièrement, je parlais à des responsables, et ils étaient soulagés que les Girondins restent en deuxième division. On en est là, oui. Le match de gala, était la représentation de ce que le club représentait dans ses années phares. C’était ça, ce n’est plus ça maintenant. Moi, je ne renie pas le bleu marine, je ne le renierai jamais, c’est évident. Je suis comme tous les observateurs, on espère ».

Laure Boulleau, consultant pour le CFC, a estimé que les supporters avaient été durs avec les joueurs.

« Je comprends la nostalgie des Ultramarines, mais je trouve qu’ils en mettent beaucoup sur les joueurs… A un moment donné, ils ne sont pas responsables de tous les maux »

Même constat pour Frédéric Antonetti, qui finit avec une touche d’optimisme.

« Ils sont à leur niveau les joueurs, ce sont des joueurs de deuxième division. Il ne faut pas comparer… Vous avez parlé d’M6, ils se sont trompés… Les supporters sont un peu responsables aussi, parce qu’ils ont tout fait pour que ça change. Ils ont vu le changement, ce que ça a donné. Maintenant, je finirai par une note positive, c’est que les grands clubs ne meurent jamais. Ça reviendra un jour. Il faut simplement les hommes pour, voilà »

Retranscription Girondins4ever