Nicolas Paolorsi : “Le contre-pouvoir bordelais se réveille un petit peu tard et c’est vrai que ce sont les premières banderoles vraiment hostiles qu’on voit depuis que Gérard Lopez est arrivé”

Yon Ecenarro

Dans L’After Foot sur RMC, Nicolas Paolorsi journaliste RMC qui couvre les bordelais, s’est exprimé pendant la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Pau (3-2), comptant pour la 38ème et dernière journée du championnat de Ligue 2. Il a notamment évoqué les banderoles déployées par les Ultramarines à destination de Gérard Lopez.

Il y en a eu quelques-unes. La direction a été ciblée. Mais c’est vrai que le grand débat du côté des Ultras. Il y a des joueurs qui sont sifflés à chaque contre-performance, par contre Gérard Lopez est épargné depuis qu’il a pris les reines au club Girondin, à la suite des américains. Alors que le club est descendu sous son mandat, le club a raté la montée l’an passé. Là, tu fais une saison catastrophique et pourtant, les Ultras n’ont jamais rien dit sur la gestion de Gérard Lopez. Que ce soit au niveau financier, au niveau sportif. Ils ont un peu accusé tout le monde sauf le propriétaire des Girondins. Le problème c’est que ça commence à se voir puisque Gérard Lopez n’a plus pris la parole publiquement depuis le mois d’Octobre et la nomination d’Albert Riera. C’est franchement un fantôme Gérard Lopez donc les Ultras ne pouvaient plus, ne rien dire. C’est quand même peut-être un petit peu tard. Le contre-pouvoir bordelais se réveille un petit peu tard et c’est vrai que ce sont les premières banderoles vraiment hostiles qu’on voit depuis que Gérard Lopez est arrivé aux Girondins.”

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Photo by Icon Sport