Julien Bée : “Cela donne une très mauvaise image de notre club pour d’éventuels investisseurs, pour d’éventuels acheteurs, que deux groupes de supporters se battent entre eux”

Dans Les Débriefeurs sur ForEver, Julien Bée s’est exprimé suite à la victoire des Girondins de Bordeaux sur sa pelouse face à Pau (4-2), lors de la 38ème et dernière journée de Ligue 2. Il est notamment revenu sur le conflit entre les deux groupes de supporters, les North Gate et les Ultramarines.

L’autre sujet qui est important de traiter, et il faudra qu’on le fasse parce qu’on ne l’a toujours pas fait, c’est parler de cette guerre qui est en train de s’instaurer entre la North Gate et les Ultramarines. Sur ce match, la North Gate a fêté son anniversaire, bravo à eux, ils ont fait des banderoles, il y a eu des fumigènes, ça va coûter cher au club, mais ils ont fait des fumigènes, ils ont fêté leur première année, et c’était normal qu’ils le fassent. Et en face les Ultras se sont mis à chanter, et j’ai entendu les insultes venant des Ultras quand il y avait certains chants. Au milieu du chant, il y avait ‘North Gate, machin’  J’entendais, ça s’entend, et je pense qu’il va falloir qu’on parle de ça, parce que ça donne une très mauvaise image de notre club pour d’éventuels investisseurs, pour d’éventuels acheteurs, que deux groupes de supporters se battent entre eux alors qu’ils supportent le même club. Ce n’est pas bon pour l’image de notre club, et il va falloir que ce soit résolu. Je sais que là, pour l’instant, les gens des Ultramarines ne veulent absolument pas entendre d’une éventuelle discussion. Tout le monde s’est rompu, c’est rompu définitivement, et d’après ce que j’ai compris, ça ne pourra pas revenir en arrière. Mais je crois très franchement qu’il va falloir que tout le monde, à un moment donné, peut-être pas tout de suite, mais se remette à la table. Il faut pouvoir discuter, parce que c’est l’avenir des Girondins qui en dépend. Je le répète, mais s’il faut le faire, c’est pas de s’aimer, c’est pas de s’embrasser, mais c’est pour l’avenir de notre club, c’est réussir à s’entendre, parce que ça donne une très mauvaise image de notre club. D’éventuels investisseurs, ou d’éventuels acheteurs… En tout cas, moi, si j’étais un acheteur, potentiel, si j’ai de l’argent, que je mets mon doigt sur les Girondins de Bordeaux, le trou financier, c’est énorme, c’est déjà vraiment rédhibitoire, mais si vous rajoutez à ça, ce club que je veux racheter, il a deux groupes de supporters qui se battent entre eux, et qui pourraient éventuellement faire des blessés, moi, ça me donne envie de reculer, et très loin, et très très vite. Voilà, donc il va falloir trouver une solution à un moment donné. Je sais, je comprends que ça va être difficile, je comprends qu’on n’a plus du tout envie de se parler les uns les autres à ce qui s’est passé, mais je pense, et j’appelle à la bienveillance, à l’apaisement, pour que des dialogues recommencent à arriver, parce qu’on ne pourra pas durer éternellement comme ça, et ça peut nous coûter très cher.” 

Retranscription Girondins4Ever

Le podcast de l’émission : 

Forever (foreverlaradio.fr)

(Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Photo by Icon Sport