Nicolas Maurice-Belay : “Ce qui m’a desservi, c’est le stats, mais franchement, tous les latéraux qui ont joué avec moi, je vous dis la vérité, ils ont tous kiffé”

Dans l’émission « Ballon, Main, Corps », l’ancien ailier des Girondins de Bordeaux, Nicolas Maurice-Belay, issue de a formation à Clairefontaine, a expliqué que les valeurs et la manière de jouer inculquées là-bas l’ont suivi tout au long de sa carrière.

« Personnellement, ce qui m’a desservi, tout le monde le sait, c’était les stats, parce que je n’en avais pas beaucoup pour un joueur offensif. Mais par contre en contrepartie, franchement, tous les latéraux qui ont joué avec moi, je vous dis la vérité, ils ont tous kiffé (sourire). C’est eux qui me le disent… Je peux te parler de Belhadj, Trémoulinas, Dramé… Sincèrement, je rendais dans mon équipe le côté gauche un côté fort. Parce qu’il y avait une alchimie, etc. Et moi, c’était mon kiff… Mais le problème des journaux, c’était ‘il ne marque pas, heureusement qu’untel est là’… C’était, en contrepartie donc, un côté négatif. Mais par contre, avec le coach où j’ai duré six ou sept ans, que ce soit à Sochaux ou à Bordeaux (Francis Gillot, ndlr), il adorait mon jeu. Il adorait mon jeu parce qu’il savait ce que j’apportais à l’équipe. Même quand j’allais mal, le fait que je sois éduqué football, que je comprenais le jeu, en fait, tout ça me sauvait. Dans les moments de tempête, quand ça allait mal etc, je n’ai jamais été mis de côté parce que j’avais toujours ce truc… Je me disais que je n’étais pas titulaire, mais je me demandais ce que je pouvais apporter à l’équipe, ce qui pouvait être positif pour l’équipe, comment construire ma semaine d’entrainement. Et je regagnais ma place, c’était plus un problème de statistiques ».

Retranscription Girondins4Ever