Gernot Rohr : “Je leur ai dit qu’on les avait formés donc il fallait qu’ils restent cette année. Ils ont accepté. Liza m’a fait la gueule pendant un mois, et après il est quand même venu avec le sourire”

Photo Icon Sport

Dans la journée du samedi 18 Mai, nous avons eu le plaisir d’être invité par Julien Bée pour découvrir le complexe du Parc des Sports et Stade Lescure. C’était à l’initiative de l’Association “Préservons Lescure”. Le journaliste, commentateur et auteur était accompagné de Gernot Rohr, légende des Girondins de Bordeaux. L’ancien joueur en entraîneur des Marine et Blanc, aujourd’hui sélectionneur du Bénin, a pu, au détour de certains lieux, nous raconter quelques anecdotes sur cette mythique enceinte.

Lors de la visite en bord de terrain, Gernot Rohr est revenu sur son retour au club en 1995/1996.

Si c’est Afflelou qui est venu me chercher pour la saison 95/96 ? Oui. On est montés en 91/92 puis il est allé voir Courbis à Monaco, qui jouait au Casino. Il a trouvé des sponsors à Monaco.. Ils aimaient bien faire les transferts ensemble, etc. Le fils, Stéphane Courbis, était agent de joueur donc il voulait un peu s’occuper de ça. On va dire que ça a commencé un peu à devenir du business etc. Afflelou avait mis de l’argent dans le club mais il voulait récupérer l’argent à travers la vente des joueurs. C’est pour ça que Courbis était là.”

Puis il est revenu sur la saison 1991/1992 en D2, quand les Girondins devaient remonter au plus vite :

Pour revenir à 91/92, c’est Chaban et Jean-Didier Lange qui sont venus le chercher. Lange était le conseiller juridique d’Alain Afflelou, Battiston était le directeur sportif d’abord, puis après ils ont mis Camporo. C’était une année charnière 91/92 parce que si on ne montait pas là… Toutes les semaines il me disait ‘Il faut monter, il faut monter’. Je lui disais ‘On le sait, on va le faire !’ Il répondait que si on ne montait pas, on était morts parce qu’au vu du budget… Et on est remontés de suite, avec des jeunes. Il y avait Lizarazu et Dugarry qui étaient déjà sollicités par Bernard Tapie pour aller à Marseille. Il pensait récupérer les deux joueurs parce qu’on était en Ligue 2. Il a dit ‘Je les prends’, mais je leur ai dit qu’on les avait formés donc il fallait qu’ils restent cette année. Si on ne monte pas, ok, mais là, cinq ans de formation donc vous nous devez une année. Ils ont accepté. Liza m’a fait la gueule pendant un mois, et après il est quand même venu avec le sourire. Cela a mis du temps. Mais aujourd’hui les deux te disent que c’était une année importante pour eux, pour leur formation, pour l’apprentissage dans la combativité, pour les qualités morales etc… Il fallait y aller  Saint-Quentin, il fallait y aller à Epinal l’hiver (rires). Mais ça leur a permis de faire une bonne expérience.”

Retranscription Girondins4Ever