Alain Roche : “Ce n’est pas dans mon tempérament, et je n’ai pas été initié non plus à ça aux Girondins de Bordeaux où on avait quand même un Président qui faisait très attention à l’image”

Dans Le Podcast des Légendes, l’ancien défenseur central des Girondins de Bordeaux, Alain Roche, a confié ne pas avoir été un adepte du chambrage sur le terrain.

« Non, ça ne m’est jamais arrivé. Ça m’est arrivé d’avoir des duels âpres avec certains attaquants, où des insultes fusaient entre lui et moi… Mais non, je n’ai jamais commencé un match à dire des mauvaises choses dans un couloir à un adversaire. D’abord, ce n’est pas dans mon tempérament, et je n’ai pas été initié non plus à ça aux Girondins de Bordeaux où on avait quand même un Président qui faisait très attention à l’image des joueurs et de son club. C’étaient des joueurs qui étaient tous internationaux et qui n’avaient pas ça du tout dans leurs gênes. C’était plutôt des gens élégants, très bons. J’aurais débuté ma carrière du côté de Nîmes à l’époque, où c’était compliqué avec Toulon… C’était des endroits où l’intimidation était là de base. Tu nais avec ça, au centre de formation, dans les équipes de jeunes, où les matches sont difficiles à jouer, où ça chambre énormément parce que dans le sud on chambre et on parle beaucoup… Tout dépend où vous êtes né, où vous avez vécu, et à Bordeaux, qui est quand même une ville plutôt bourgeoise, guindée… Quand vous descendez à Marseille, le changement est radical… ».

A t-il connu des endroits chauds ?

« Quand tu rentres sur le terrain, c’est le jeu qui parle. Quand tu as les joueurs capables d’avoir le ballon, la possession, et de malmener l’équipe adverse avec, bon, c’est toujours plus simple… Les mecs après peuvent chambrer, mais ils ne chambrent plus parce que tu es meilleur qu’eux. Mais c’est vrai qu’à certains endroits ça n’a jamais été simple, comme à Bastia, à Nîmes, à Toulon, à Marseille… C’était un peu tendu, mais sur le terrain, tu essayes de faire abstraction de ce que te disent les joueurs et le public ».

Retranscription Girondins4Ever