Alain Giresse : “Avec la balle je peux encore tout faire dans le contrôle ou la passe. D’ailleurs je suis plus passeur qu’avant maintenant, je n’ai plus l’accélération”

(Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) – Photo by Icon Sport

Dans La Dépêche, l’ancien meneur de jeu des Girondins de Bordeaux, Alain Giresse, a confié ce qui vous fait encore courir à 71 ans, lui qui a disputé le match des 100 ans de la plaine des sports du Parc Lescure il y a une dizaine de jours.

“Déjà le foot a toujours été une passion. Je prends encore beaucoup de plaisir et je fais encore tous les mardis à Toulouse, un petit match d’une heure avec les copains. C’est une façon de se maintenir en forme avec le jogging et le vélo. Mais j’ai eu la chance, contrairement à d’autres de ne pas avoir de problèmes d’articulations, de genoux ou de chevilles. C’est vrai aussi qu’il faut une certaine hygiène de vie et s’entretenir… Je n’ai pas trop de surpoids ! De toute façon, avec l’âge, on ne peut pas faire autrement. J’ai bientôt 72 ans, mais je ne suis pas pressé ! […] Même sur un champ de patates, je râle quand je rate un ballon ou quand il ne m’arrive pas dans les pieds. Quand tu as fait de la haute compétition c’est difficile de débrancher. Les sensations sont toujours là. Bon c’est vrai que l’on n’a plus les mêmes capacités athlétiques, on court moins, mais par contre techniquement, on ne perd pas son aisance avec le ballon. Je m’en suis rendu compte, avec la balle je peux encore tout faire dans le contrôle ou la passe. D’ailleurs je suis plus passeur qu’avant maintenant, je n’ai plus l’accélération qui me permettait de faire des actions individuelles et des différences, à part face à quelques « vieux » (rires). J’ai moins de puissance, mais sur les premiers appuis, ça peut encore le faire… sur quelques mètres !”.