Jérémy Ménez : “La génération 87 ? On a ce qu’on mérite dans la vie, on fait des erreurs, et tu les payes, c’est tout”

Photo IconSport

Dans Oui Hustle, et chez Le Chairman, l’ancien joueur des Girondins de Bordeaux, Jérémy Ménez, a répondu à la question de savoir si les médias et le public avaient été trop durs avec la génération 87, dont il faisait partie ?

« Non, pas trop dur. Après, je n’ai pas envie de faire la pleureuse, mais c’est vrai que nous, quand on est arrivés, on était un peu les premiers sur tout. C’est nous qui sommes arrivés en premier avec les casques, avec une casquette, des petits détails comme ça… Il y avait beaucoup de médiatisation. Et puis, c’était la génération 87, qui était championne d’Europe… On a toujours été la fameuse génération… Et pour ça, on a été un peu critiqués. Aujourd’hui, tout le monde arrive avec les casques, et on ne dit plus rien, c’est devenu normal. Après, ce n’est pas grave, en vrai c’est qu’on a passé le flambeau aux petits jeunes (sourire). C’est comme ça. Nous aussi, on a fait des erreurs, et on a surement mérité ça. On a ce qu’on mérite dans la vie, on fait des erreurs, et tu les payes, c’est tout [..] C’est mérité parce que nous aussi, des fois, on a fait des erreurs. On méritait de se prendre des soufflantes, et des fois il le fallait aussi, c’est bien ».

Aujourd’hui, il reconnait donc ses torts, avec une remise en question.

« Je n’ai pas toujours été irréprochable. J’ai 37 ans aujourd’hui, et j’ai du recul. Mais sur le moment présent… Je suis quelqu’un d’impulsif, c’était beaucoup de l’impulsivité. Il aurait fallu que je gomme ça. J’étais impulsif et deux minutes après, je pouvais regretter l’action faite juste avant. Maintenant avec l’âge, l’expérience, le recul, on s’améliore, et on s’améliore tous les jours. On a fait plein d’erreur nous aussi, et c’est comme ça qu’on apprend ».

Il y avait en tout cas de l’insouciance.

« Malgré cette insouciance, on était quand même assez matures. D’avoir grandi loin de tes parents, en centre de formation, forcément tu apprends à vivre tout seul. Tu te fais ta propre expérience. Tu prends de la maturité par rapport aux autres jeunes. Et je pense que ça aussi ça nous a aidés pour notre carrière ».

Retranscription Girondins4Ever