Frédéric Guilbert : “Patrick Battiston m’a fait confiance”

Pour Free Ligue 1, l’ancien latéral des Girondins de Bordeaux, aujourd’hui capitaine de Strasbourg, Frédéric Guilbert, s’est rappelé qu’il n’avait pas été conservé à Caen, son club de cœur et formateur.

« Je suis né à Valognes, en Normandie. Caen, c’était vraiment MON club entre guillemets, le club de ma région, le club de cœur. Je suis parti à 11 ans et demi de chez moi, j’y ai fait 6 ans, et il y a eu des décisions qui ont été prises, qui n’ont pas été bonnes pour Caen du coup (rires). J’ai eu la chance de rebondir à Cherbourg. Je n’ai pas lâché. Je m’étais donné un ou deux ans. Je joue contre les Girondins, je joue au poste d’arrière gauche. Je fais deux bons matches contre eux, ils viennent me voir et m’appellent. Ils me disent qu’ils veulent que je vienne faire des essais. Je vais voir mon Président à Cherbourg, je lui dis que Bordeaux veut que je fasse des essais. Il me dit que non, je ne pars pas. Mais je lui dis que c’est un club pro quand même qui m’appelle… Il me dit que je ne pars pas, que d’abord on se maintient, et après je pars… Du coup, je ne suis jamais allé faire les essais. Au final, Patrick Battiston m’a fait confiance. Il m’a fait signer deux ans chez les jeunes, pas en professionnel. Puis après j’ai fait six mois chez les jeunes et c’était parti ».

Et évidemment, ce fut un moment difficile quand il fut recalé en jeune par Malherbe.

« J’ai chialé, oui… J’ai pleuré, oui, je n’ai pas honte de le dire. J’avais 17-18 ans. Il y a des gens qui n’ont pas cru en moi, c’est comme ça. Au final, Caen m’a racheté, donc c’est une belle histoire. Je pense d’ailleurs que si je n’avais pas eu cette échec à Caen, je n’aurais pas fait cette carrière ».

Retranscription Girondins4Ever