Jules Koundé : “En 2013, quand j’intègre le centre de formation des Girondins, je n’ai pas 50 propositions, Bordeaux est la seule opportunité”

(Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport) – Photo by Icon Sport

Dans Le Parisien, l’ancien défenseur des Girondins de Bordeaux, Jules Koundé, a répondu à la question de savoir ce qu’il aurait pensé, en 2013, si on lui avait dit que onze ans plus tard, il revient à Bordeaux avec le maillot de l’Equipe de France, lui qui semble encore pour l’Euro 2024 être le latéral droit titulaire des Bleus.

“(Il sourit.) J’ai toujours beaucoup cru en moi mais j’avoue que là… En 2013, quand j’intègre le centre de formation des Girondins, je n’ai pas 50 propositions, Bordeaux est la seule opportunité qui se présente à moi. En fait, je suis toujours un peu passé en dessous des radars, je n’ai jamais fait partie de ceux sur qui on misait au départ. Quand je suis arrivé au centre, je n’avais d’ailleurs signé qu’un an alors que la plupart avaient des contrats de deux ou trois ans. Je l’ai pris comme un challenge. Je sortais d’un club amateur, j’avais beaucoup de retard sur ceux qui sortaient de préformation. Il m’a fallu énormément de travail d’abord pour rattraper mon retard, puis pour continuer à progresser et gravir les marches”.

Comme il l’a souvent dit, et encore cette fois-ci, il n’était pas forcément programmé pour être au plus haut niveau français, voire mondial aujourd’hui.

“C’est ça, je n’étais pas programmé pour être là parce que je n’avais pas tous les outils pour y arriver. Bien sûr, j’ai du talent, mais c’est le travail, la détermination et surtout la discipline qui m’ont permis de gravir les échelons. La discipline est, à mon sens, une des vertus les plus importantes. Notre métier a beau être génial, j’ai beau adorer le foot, comme dans tous les domaines il y a des jours sans, des moments où on n’a pas envie. Et si c’est seulement la motivation qui te guide, que tu ne fais le job que lorsque tu en as envie, ça ne dure pas longtemps, en tout cas pas à très haut niveau”.

(Photo by Anthony Bibard/FEP/Icon Sport) – Photo by Icon Sport