Souleymane Diawara : “Dès que je suis rentré dans le centre, je savais ce que je voulais. J’étais nul à l’école, je ne suis pas très manuel donc je n’avais que le sport pour pouvoir m’en sortir”

Photo Icon Sport

Dans l’émission Les Matchs de ma Vie with Darren Tulett sur BeIn Sports, Souleymane Diawara, ancien défenseur international sénégalais passé par les Girondins de Bordeaux et champion de France en 2009, s’est exprimé sur ses débuts dans le football, qui ne furent pas toujours faciles.

Quand est-ce que je commence à comprendre que je peux peut-être faire carrière dans le foot ? Au début c’était compliqué parce que depuis tout petit, quand j’allais au stade pour voir le club de ma ville, celui du Havre, je voulais faire ce métier. Mais j’ai fait beaucoup d’essais avant de pouvoir rentrer (dans un centre). C’est vrai que j’ai failli lâcher à un moment donné, mais mon grand frère Salif a toujours cru en moi. C’est quand j’ai fait mon dernier essai avec Le Havre et que Jean-Marc Nobilo m’a dit qu’il me prenait. Là j’ai commencé à me dire que c’était mort pour qui que ce soit parce que je savais que j’allais réussir. J’ai tellement galéré, et Jean-Marc Nobilo m’a donné cette chance. Donc je me suis dit, s’il m’a donné cette chance, je ne vais plus la lâcher (rires). J’ai travaillé, travaillé, travaillé deux fois plus que les autres parce que j’avais beaucoup de retard. Je me suis dit ‘Je ne vais pas lâcher’. Le plus dur pour moi était de rentrer au centre de formation parce que c’est toujours difficile de rentrer dans un centre. Mais dès que je suis rentré dans le centre, je savais ce que je voulais. J’étais nul à l’école, je ne suis pas très manuel donc je n’avais que le sport pour pouvoir m’en sortir. Tous les jours je dis ‘Merci à mon frère Salif et merci à Jean-Marc Nobilo’.”

Retranscription Girondins4Ever

https://youtu.be/f2YRqUrvpN4?list=PLQLPXA3TgtrBsAckYBxhZi5sbIq932u9G