Bernard Caïazzo : “Il ne fallait surtout pas faire la même bêtise qu’à Bordeaux”

Depuis quelques jours, c’est fait, l’AS Saint-Etienne a changé de propriétaire. A cette occasion, dans Le Progrès, le désormais ex-président-propriétaire des Verts, Bernard Caïazzo, est revenu sur les différentes tractations et tentatives de rachat, qui ont échoué. “Il y a deux ans et demi, on avait bien avancé avec le groupe 777 Partners. Mais il y a eu une fuite dans la presse. Ils ont rompu les négociations et ils se sont orientés vers le Standard de Liège. Au final, l’actionnaire n’a pas été payé, le club est dans une situation catastrophique, comme tous les autres clubs de 777 […] Il y a deux ans, quand on descend en Ligue 2, on était bien avancé également avec Blitzer, ce qui était le sens de notre communiqué à l’issue du barrage perdu face à Auxerre. Jusqu’à ce qu’ils nous disent qu’ils ne souhaitaient pas conserver la direction du club et faire un plan social. Là, c’est nous qui avons dit stop”.

Puis, toujours sur le sujet du rachat, il pointa les Girondins de Bordeaux, comme l’exemple à ne pas suivre (via ML2).

« Il ne fallait surtout pas faire la même bêtise qu’à Bordeaux. Si vous changez les hommes-clés, vous allez perdre en efficacité. Après, s’ils ne donnent pas satisfaction, les nouveaux actionnaires feront comme dans toutes les entreprises, ils en changeront […] On ne voulait pas de multipropriété, on voit ce qui se passe à Troyes ou même à Strasbourg avec Chelsea. Ni de fonds d’investissement, pour faire des plus-values à court ou moyen terme. On ne voulait pas non plus de rachat par l’emprunt. C’est bien mais il faut rembourser un jour. Notre voisin lyonnais a un emprunt de 500 millions à 15%. J’aimerais savoir où est la baguette magique… ».

Photo Icon Sport