Christophe Dugarry : “A un moment ou un autre, on a peur du changement parfois chez des présidents. On manque d’idées, on manque d’originalité”

    Dans Rothen s’enflamme sur RMC, Christophe Dugarry, ancien joueur des Girondins de Bordeaux et consultant, est revenu sur le passage de Willy Sagnol en France, qui fut mitigé. En tant que sélectionneur, il a réussi à qualifier la Géorgie pour les huitièmes de finale. Le sujet était le suivant :

    Le foot français accusé d’avoir oublié Willy Sagnol.

    Je pense qu’à un moment ou un autre, on a peur du changement parfois chez des présidents. On manque d’idées, on manque d’originalité et on se remet à prendre des entraîneurs qui ont déjà beaucoup bourlingué. Je trouve que c’est bien parfois. Après Willy, peut-être qu’il sait mal se vendre, peut-être qu’il sait moins bien communiquer. C’est un garçon qui est quand même, je ne vais pas dire réservé, mais assez calme, assez timide. On le voit d’ailleurs sur le banc de touche, ce n’est pas quelqu’un d’hystérique, ce n’est pas quelqu’un qui est capable de dire tout et n’importe quoi pour se vendre ou pour se survendre. Peut-être qu’on a eu tendance à l’oublier. Ce qui est certain, c’est que ce n’est plus le cas donc vous m’en voyez ravi. Je pense que ce qu’il est en train de faire et en train de réaliser avec la Géorgie, au-delà des résultats, je pense surtout à la qualité du jeu qui est proposé. Et surtout le message qu’il est en train de passer. Au-delà du style de jeu qui est mis en place par cette équipe de Géorgie, qui convient parfaitement à ses joueurs, je pense que le plus impressionnant c’est la volonté de ces joueurs, de se dépasser, de se surpasser, de courir et de faire autant d’efforts les uns pour les autres. Je pense que c’est dû à un message qui est parfaitement entendu par les joueurs et apporté par l’entraîneur. Je pense qu’il faut à un moment ou un autre, quand on voit les joueurs qui sont capables de faire autant de choses sur le terrain et de donner autant, c’est parce qu’il y a quelque chose qui se passe entre eux et l’entraîneur.” 

    Retranscription Girondins4Ever

    (Photo by Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport)