[J8] L’analyse complète de Bordeaux-Nîmes (Tops, Flops, joueur par joueur, tactique, feuille de match, résumé vidéo)

Deux mi-temps, deux schémas, deux compositions, toutes les qualités et tous les défauts de cette équipe au grand jour.

Jean-Louis Gasset a confirmé notre ressenti depuis plusieurs semaines, le début de match timide de notre équipe comme trop souvent depuis deux ans, s’explique par une nervosité, une tension (un problème mental ?) qui empêchent d’avoir un jeu clairement identifié et qui au contraire accroit un déchet technique trop important à ce niveau.

Une formation plus offensive et plus technique dans les prochaines semaines ?

Notre coach a été très clair sur l’importance de trouver une formule autour et pour Hatem Ben Arfa. L’animation proposée dans les 40 premières minutes, avec deux excentrés, est un échec. Des joueurs trop loin les uns des autres, pas de joueur pour faire remonter le ballon, un manque général d’aisance technique et trop de lenteur.

L’entrée de Yacine Adli (voir ci-dessous dans tops et flops) puis de Mehdi Zerkane ont permis de voir (enfin !) une équipe alignée plus de 3 passes de suite. Pour preuve sur le premier but, Yacine Adli est au départ de l’action d’Hatem Ben Arfa (7) en cassant la première ligne nîmoise, sur le second but tout part d’un jeu rapide entre Hatem Ben Arfa et Yacine Adli, puis ensuite une remontée intelligente, toujours la tête levée de Mehdi Zerkane.

On a bien vu que le penalty et l’ouverture du score ont débloqué la tête et les pieds de nos joueurs.

Il est incroyable d’imaginer une telle fragilité chez des joueurs professionnels. L’instabilité autour du club ne peut être la seule réponse à ces maux. Jean-Louis Gasset devra faire des choix dans les prochaines semaines avec des hommes qui sont capables de répéter, avec constance, des performances de qualité.

Des performances en dents de scie

L’entraineur a appuyé sur ce point, si Bordeaux veut voir plus haut, il faut de la constance dans les performances. Yacine Adli (6) est un joueur qui a d’énormes qualités techniques mais il est malheureusement encore sur courant alternatif. Deux prestations encourageantes contre Dijon et Nîmes avec au milieu de ces deux rencontres un match complétement raté à Marseille. Comme lui Mehdi Zerkane a une carte à jouer car Hatem Ben Arfa aime jouer avec des joueurs techniques à ses côtés, mais il va falloir arrêter de se cacher, se mettre en avant et faire les efforts défensifs autant que les (beaux) gestes offensifs.

Toma Basic (4) semble marquer le pas depuis son transfert raté. Lui aussi, par sa patte gauche peut apporter une autre palette au jeu bordelais mais il a encore trop tendance à se cacher quand la situation imposerait un comportement de patron, remettre de l’ordre de la maison et ne pas sombrer avec l’équipe. Son match à Angers reste une référence, il avait fini rincé mais il avait fait preuve d’une telle abnégation dans le pressing, dans l’envie d’avancer lorsqu’il avait le ballon, une telle conviction sur chaque frappe qu’on en redemande encore et encore et pas seulement par intermittence.

Un nouveau clean-Sheet

Une nouvelle journée sans but encaissé, c’est intéressant de le souligner même si en première mi-temps le talent de Benoit Costil (6) et un peu de maladresse des nîmois dans les 30 derniers mètres ne doivent pas cacher un Youssouf Sabaly (5,5), toujours aussi brouillon et un Pablo, toujours aussi peut convaincant (voir Tops et Flops ci-dessous). Vivement tout de même le retour de Laurent Koscielny.

Une semaine pour analyser ces deux mi-temps diamétralement opposée. Bordeaux se rendra à Monaco en fin de semaine, une équipe qui vient de prendre une gifle à Lyon. Une équipe surement revancharde mais qui pourrait douter rapidement si Bordeaux vient en terre monégasque avec des ambitions assumées sur le terrain. Quel Bordeaux verra t-on dimanche ? Jean-Louis Gasset va t-il réussir enfin à débloquer les cerveaux de ces joueurs ?

Les Tops

Hatem Ben Arfa (7) : Le magicien. En première mi-temps, il a surnagé au milieu du chaos bordelais. Revenant dans une position de milieu défensif pour tenter de remettre de l’ordre, il était trop seul pour y arriver, les entrées de Yacine Adli et Rémi Oudin lui ont permis de remonter sur le terrain. A chaque prise de balle en seconde mi-temps, on a senti qu’il pouvait faire la différence. Alors qu’on sentait qu’il baissait de pied, un exploit individuel dans la surface nîmoise a débloqué la rencontre. Déjà indispensable, il a même initié plusieurs fois le pressing montrant un état d’esprit irréprochable. Il pourrait devenir très vite le chouchou des supporters.

Rémi Oudin (6) : Un tir sur le poteau dès son entrée en fin de première mi-temps et un but sur une frappe sèche sur un contre bordelais viennent confirmer un match abouti du rémois. Toujours juste techniquement, il permet au bloc bordelais d’être plus haut sur le terrain. A confirmer.

Yacine Adli (6) : Bien entendu, tout n’a pas été parfait, il perd encore trop de ballons faciles et il est souvent bougé physiquement mais par sa technique et son entente avec Ben Arfa, il a changé le visage d’une équipe moribonde et sans idée.

Loris Benito (6) : Sans adversaire direct, comme contre Dijon, il a rendu une copie propre défensivement et a apporté offensivement avec de nombreux centres qui auraient mérité mieux. Pas encore un match référence mais il semble plus constant. Comme pour Rémi Oudin, à confirmer.

Le trio Hatem Ben Arfa, Yacine Adli, Mehdi Zerkane : A peine 20 minutes ensemble sur le terrain, ils ont démontré que la qualité technique pouvait changer le visage d’une équipe avec en plus un Rémi Oudin à un niveau plus proche de ses qualités à Reims, Jean-Louis Gasset a peut-être une des clés pour un meilleur rendement offensif de son équipe et le début d’une identité de jeu dans les prochaines semaines. Pour les deux derniers du trio, il faudra gommer toutes les petites imperfections qui risquent de mettre en danger la défense bordelaise. A noter la belle entrée de Jimmy Briand, un but (son 100ème) et une passe décisive.

Les Flops

Nicolas de Préville (1) : Un habitué, malheureusement, de cette rubrique depuis plusieurs semaines. Des passes ratées et dangereuses, il a complétement déjoué ce soir. Sa sortie prématurée est un signe de lassitude de son coach par rapport à ses prestations, comme Hwang Ui-Jo, ils vont devoir se ressaisir si ils ne veulent pas disparaître durablement du 11 bordelais.

Otavio (3) : Comme face à Marseille, le métronome bordelais comme son compère Toma Basic (4) n’ont pas semblé dans leurs assiettes ce dimanche. Il est important d’avoir des joueurs costauds défensivement, dans le pressing et la première relance si devant nous avons des joueurs comme Yacine Adli et Ben Arfa moins bons dans ces exercices. Le brésilien, par sa lenteur, n’a pas aidé dans l’optique d’une transition plus rapide vers l’avant. Le décrochage de Ben Arfa, tout au long de la première mi-temps en dit long sur la performance d’Otavio.

Pablo (4) : Ses relances pied gauche sont un calvaire pour les yeux et un danger permanent pour l’équipe. Plusieurs fois, il s’est repositionné à droite de Paul Baysse (5,5) et comme par magie on a retrouvé un défenseur tellement plus à l’aise avec le ballon. Avec le retour de Laurent Koscielny, une question va se poser pour Jean-Louis Gasset, ne vaut-il pas mieux mettre Paul Baysse à gauche de la défense ?

Josh Maja (4) : On attend mieux du nigérian. Sa première mi-temps est excusable car comme pour Ben Arfa, il était sans cesse obligé de revenir vers le rond central pour toucher le ballon. Dans une équipe plus haute et mieux positionnée, il n’a pas assez pesé dans la zone de vérité. Avec l’arrivée de joueurs plus techniques, il doit être le maillon manquant devant, le buteur qui permettra à Bordeaux de franchir un pallier supplémentaire. La bonne entrée de Jimmy Briand le met à nouveau dans une position instable sur sa place de titulaire ou de remplaçant dans cette équipe.

La première mi-temps : On ne peut pas accepter un jeu aussi pauvre et fébrile pendant 40 minutes, quelle que soit l’équipe alignée. Aussi peu d’envie, de concentration, une lenteur et aucun dépassement de fonction. La réaction brutale de notre entraineur avec ces 2 changements avant la mi-temps est juste. Otavio et Nicolas De Préville ont été les premières victimes collatérales de la production, plus qu’insuffisante, de l’ensemble mais demain Toma Basic, Hwang Ui-jo, Youssouf Sabaly, Pablo… devront montrer autres choses pour ne pas subir une pareille mésaventure.

La feuille de match

8e journée de Ligue 1. Football Club des Girondins de Bordeaux – Nîmes Olympique 2-0

Stade : Matmut Atlantique. Mi-temps : 0-0. Arbitre : M. Dechepy. Rencontre déroulée à huis-clos. But pour Bordeaux : Briand (80e, sp) et Oudin (82e). Avertissements à Bordeaux : Otavio (36e), Maja (43e) et Briand (70e). Avertissements à Nîmes : Briançon (46e) et Miguel (80e).

Bordeaux : Costil (cap) – Sabaly, Baysse, Pablo, Benito – Basic, Otavio (Adli, 40e) – De Preville (Oudin,40e) Ben Arfa (Traoré, 83e), Hwang (Briand, 62e) – Maja (Zerkane, 62e). Remplaçants non utilisés : O. Mandanda, Poussin, Jovanovic, Kwateng, Poundjé et Bakwa. Entraîneur : Jean-Louis Gasset.
Nîmes : Reynet – Burner, Briançon (cap), Miguel, Meling – Ahlinvi (Paquiez, 62e), Deaux, Fomba (Benrahou, 83e) – Eliasson, Denkey (Aribi, 62e), Ripart (Koné, 88e). Remplaçants non utilisés : Dias, Alakouch, Martinez, Majouga et Roux. Entraîneur : Jérôme Arpinon.

Le résumé vidéo