[J8] Les Tops-Flops Girondins4Ever de Bordeaux-Nîmes

(Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport)

Voici les Tops-Flops Girondins4Ever de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le Nîmes Olympique (2-0).

Les Tops

Hatem Ben Arfa (7) : Le magicien. En première mi-temps, il a surnagé au milieu du chaos bordelais. Revenant dans une position de milieu défensif pour tenter de remettre de l’ordre, il était trop seul pour y arriver, les entrées de Yacine Adli et Rémi Oudin lui ont permis de remonter sur le terrain. A chaque prise de balle en seconde mi-temps, on a senti qu’il pouvait faire la différence. Alors qu’on sentait qu’il baissait de pied, un exploit individuel dans la surface nîmoise a débloqué la rencontre. Déjà indispensable, il a même initié plusieurs fois le pressing montrant un état d’esprit irréprochable. Il pourrait devenir très vite le chouchou des supporters.

Rémi Oudin (6) : Un tir sur le poteau dès son entrée en fin de première mi-temps et un but sur une frappe sèche sur un contre bordelais viennent confirmer un match abouti du rémois. Toujours juste techniquement, il permet au bloc bordelais d’être plus haut sur le terrain. A confirmer.

Yacine Adli (6) : Bien entendu, tout n’a pas été parfait, il perd encore trop de ballons faciles et il est souvent bougé physiquement mais par sa technique et son entente avec Ben Arfa, il a changé le visage d’une équipe moribonde et sans idée.

Loris Benito (6) : Sans adversaire direct, comme contre Dijon, il a rendu une copie propre défensivement et a apporté offensivement avec de nombreux centres qui auraient mérité mieux. Pas encore un match référence mais il semble plus constant. Comme pour Rémi Oudin, à confirmer.

Le trio Hatem Ben Arfa, Yacine Adli, Mehdi Zerkane : A peine 20 minutes ensemble sur le terrain, ils ont démontré que la qualité technique pouvait changer le visage d’une équipe avec en plus un Rémi Oudin à un niveau plus proche de ses qualités à Reims, Jean-Louis Gasset a peut-être une des clés pour un meilleur rendement offensif de son équipe et le début d’une identité de jeu dans les prochaines semaines. Pour les deux derniers du trio, il faudra gommer toutes les petites imperfections qui risquent de mettre en danger la défense bordelaise. A noter la belle entrée de Jimmy Briand, un but (son 100ème) et une passe décisive.

Les Flops

Nicolas de Préville (1) : Un habitué, malheureusement, de cette rubrique depuis plusieurs semaines. Des passes ratées et dangereuses, il a complétement déjoué ce soir. Sa sortie prématurée est un signe de lassitude de son coach par rapport à ses prestations, comme Hwang Ui-Jo, ils vont devoir se ressaisir si ils ne veulent pas disparaître durablement du 11 bordelais.

Otavio (3) : Comme face à Marseille, le métronome bordelais comme son compère Toma Basic (4) n’ont pas semblé dans leurs assiettes ce dimanche. Il est important d’avoir des joueurs costauds défensivement, dans le pressing et la première relance si devant nous avons des joueurs comme Yacine Adli et Ben Arfa moins bons dans ces exercices. Le brésilien, par sa lenteur, n’a pas aidé dans l’optique d’une transition plus rapide vers l’avant. Le décrochage de Ben Arfa, tout au long de la première mi-temps en dit long sur la performance d’Otavio.

Pablo (4) : Ses relances pied gauche sont un calvaire pour les yeux et un danger permanent pour l’équipe. Plusieurs fois, il s’est repositionné à droite de Paul Baysse (5,5) et comme par magie on a retrouvé un défenseur tellement plus à l’aise avec le ballon. Avec le retour de Laurent Koscielny, une question va se poser pour Jean-Louis Gasset, ne vaut-il pas mieux mettre Paul Baysse à gauche de la défense ?

Josh Maja (4) : On attend mieux du nigérian. Sa première mi-temps est excusable car comme pour Ben Arfa, il était sans cesse obligé de revenir vers le rond central pour toucher le ballon. Dans une équipe plus haute et mieux positionnée, il n’a pas assez pesé dans la zone de vérité. Avec l’arrivée de joueurs plus techniques, il doit être le maillon manquant devant, le buteur qui permettra à Bordeaux de franchir un pallier supplémentaire. La bonne entrée de Jimmy Briand le met à nouveau dans une position instable sur sa place de titulaire ou de remplaçant dans cette équipe.

La première mi-temps : On ne peut pas accepter un jeu aussi pauvre et fébrile pendant 40 minutes, quelle que soit l’équipe alignée. Aussi peu d’envie, de concentration, une lenteur et aucun dépassement de fonction. La réaction brutale de notre entraineur avec ces 2 changements avant la mi-temps est juste. Otavio et Nicolas De Préville ont été les premières victimes collatérales de la production, plus qu’insuffisante, de l’ensemble mais demain Toma Basic, Hwang Ui-jo, Youssouf Sabaly, Pablo… devront montrer autres choses pour ne pas subir une pareille mésaventure.