Guy Carlier : “Je me disais que si j’habitais Bordeaux, j’aurais ma chambre dans ces tours. C’était un fantasme de môme, je m’imaginais déjà près de la fenêtre…”

Guy Carlier a livré, pour Girondins4Ever, ses premiers souvenirs des Girondins de Bordeaux.

“Le premier match de ma vie que j’ai vu, c’était quand je vivais à Argenteuil, on traversait le pont et on arrive au stade de Colombes où jouait l’équipe de France et où se jouaient également les finales de Coupe. Cette année-là, Bordeaux avait joué en finale contre Lyon en finale de la Coupe de France 1964, ils avaient perdu 2-0. Mais Bordeaux, ça me relie à mon enfance. Pour l’anecdote, il y a une dizaine d’années, j’étais à Bordeaux pour la promo à la FNAC de mon livre. Avant, mon éditeur avait organisé un déjeuner dans un hôtel particulier. On avait mangé avec 5-6 journalistes et j’ai raconté alors que le stade Chaban Delmas m’avait toujours fait rêver par son architecture, notamment quand j’étais petit, avec ses espèces de tourelles. Je me disais que si j’habitais Bordeaux, j’aurais ma chambre dans ces tours. C’était un fantasme de môme, je m’imaginais déjà près de la fenêtre… Je parlais des Girondins des années 60 et un des journalistes était étonné que j’aime Bordeaux. Je lui ai dit que quand on aime le foot, on aime Bordeaux et moi j’étais capable de lui réciter les joueurs des Girondins du milieu des années 60, ce que j’ai fait. Et quand j’ai parlé de Moevi, qui était un joueur très dur d’ailleurs, il a dit que quelqu’un qui se souvient de ce joueur ne peut pas être forcément mauvais. Mais de façon plus globale, Bordeaux fait partie des clubs qui ont fait l’histoire de Ligue 1, c’est quelque chose qui nous relie à l’enfance, au même titre que Lens, Saint-Etienne, les poteaux carrés. Bordeaux, j’ai toujours aimé ce maillot bleu, avec le scapulaire. Et puis il y a eu aussi cette grande épopée dans les années 90 avec Liza, Duga, Zizou…”.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Guy Carlier ICI, sur Girondins4Ever