Sylvain Armand : “Le football, c’est du sport. Un président qui connaît le football, c’est toujours mieux qu’un président qui ne connaît pas le football”

Sylvain Armand, actuellement consultant Telefoot, a connu Frédéric Longuépée lors de son passage en tant que joueur au Paris Saint-Germain. S’il ne l’a pas côtoyé personnellement, il a un regard de l’extérieur sur l’actuel PDG des Girondins de Bordeaux.

“Je ne l’ai pas connu personnellement, je savais très bien qu’il était au Paris Saint-Germain en même temps que moi. Le football, c’est du sport. C’est devenu du business et un peu tout, pour tout le monde, pour les présidents, les clubs, les agents. Travailler dans le football pour les agents, c’est le business. Trouver la perle rare, c’est pour faire de l’argent. Aujourd’hui, les jeunes joueurs décident de partir très tôt des clubs quand ils sont bons parce que les agents leur promettent monts et merveilles parce que tel club parle d’eux… Pour ma part, je trouve qu’ils partent beaucoup trop tôt. Le meilleur exemple, c’est Eduardo Camavinga qui a 17 ans, et il a décidé de rester malgré tous les clubs qui l’ont contacté, parce qu’il ne se sentait pas prêt à partir et je trouve que c’est une bonne réflexion. Le football aujourd’hui c’est la globalité qui fait le business. Je ne sais pas comment Monsieur Longuépée travaille aux Girondins de Bordeaux, mais c’est évident qu’un président qui connaît le football, c’est toujours mieux qu’un président qui ne connaît pas le football. Et pourquoi je parle d’Olivier Létang, c’est parce que j’ai fait ma reconversion avec lui et je n’ai connu qu’un président comme ça. C’est un président qui a réussi, avec des valeurs, avec un projet, avec une institution pour lui, à savoir le Stade Rennais, il ne parlait que de ça. Ce n’est pas qu’une question financière, c’est aussi réussir partout où il passe. C’est quelqu’un qui est exigeant, qui parle football et qui est capable d’intervenir à tout moment parce qu’il connaît le football. Aujourd’hui, quand on a un président qui ne connaît pas le football, vous déléguez à quelqu’un en qui vous avez pleinement confiance et qui connaît le football et qui gère tout, comme Nasser avec Leonardo. A un moment donné, vous êtes obligé. Si vous avez un président qui ne connaît pas le football et qui à chaque fois qu’on l’entend ne parle que du business, c’est toujours compliqué à entendre et comprendre pour les supporters, les partenaires, les fans du club et parfois même pour les dirigeants du club ou ceux qui y travaillent. On voit comment c’est important cet environnement-là pour les supporters”.

Retrouvez l’intégralité de l’interview ICI, sur Girondins4Ever