Les joueurs marquants des dix dernières années

Alors que le passage à l’année 2021 approche, les plus méticuleux ne manqueront pas de vous annoncer que la nouvelle décennie démarre bien au 1er janvier prochain. L’occasion de revenir sur certaines années positives du club durant la période 2010-2020, mais également de mentionner les joueurs ayant porté haut et fort les couleurs girondines lors d’années difficiles du club, qui ont nécessité des coups de poker pour reprendre le dessus. Retour sur les joueurs qui ont marqué le club de leur empreinte ces dernières années…


Malgré des saisons compliquées, certains joueurs se sont démarqués au sein du club

Marc Planus

Il aura raccroché les crampons à l’issue de la saison 2014/15, après n’avoir connu que le maillot bordelais sur les épaules. Marc Planus est une légende du club et probablement celui qui représente le plus l’image que le club souhaite léguer, notamment depuis la présidence de Jean-Louis Triaud. Marc Planus est une exception comme il en est désormais presque impossible de trouver dans le monde du sport en général. Fidèle à son club de cœur, il ne le quittera que 26 saisons plus tard après y être arrivé en catégorie Poussins.

Planus fait évidemment partie de l’équipe victorieuse en Ligue 1 en 2009 ainsi qu’en Coupe de France quatre saisons plus tard. Figure légendaire du club, il sera porté en héros notamment lors des adieux au stade Chaban-Delmas, quelques semaines avant la fin de sa carrière.

Cédric Carrasso

Durant ses huit années sous le maillot bordelais, Cédric Carrasso aura tout connu. De la Ligue des Champions à son arrivée, à des moments difficiles survenus à cause de blessures aux membres inférieurs, Carrasso aura toujours eu le mérite d’être apprécié par les supporters. Souvent auteur de performances majuscules, il s’est toujours bien senti dans la ville et au cœur du club. Peut-être que ses habitudes rythmées entre poker en ligne et football lui allaient à ravir.

En effet, en plus d’être un excellent gardien de but, Carrasso avait pour habitude de jouer au poker et d’être un excellent joueur de Texas Hold’em en ligne. En déplacement, en mise au vert ou en repos, il profitait d’un moment de libre pour prouver qu’il était aussi bon dans les cages, que cartes en main.

Diego Rolan  

Avec le recrutement d’un espoir uruguayen presque inconnu, le FCGB faisait un véritable coup de poker, digne d’une partie d’Omaha hi-lo. Après plusieurs mois d’adaptation et sous la houlette de Francis Gillot, le coup de poker s’avère payant. L’Uruguayen connaîtra certaines fulgurances et sera l’un des tauliers du jeu bordelais. Arrivée dans une équipe manquant parfois de confiance, Diego Rolan finira par prendre ses marques pour disputer la bagatelle de 174 matches avec le club. Il finira par quitter le club en direction de l’Espagne, après 42 buts inscrits avec les Girondins.

Jaroslav Plasil

 Plus de dix ans avec les Girondins, 367 rencontres disputées et une histoire continue avec un rôle d’entraîneur adjoint auprès de Jean-Louis Gasset. Arrivé en 2009 en provenance de Osasuna, le Tchèque retrouvait la France après un bail réussi à Monaco durant sept saisons. Le reste n’est que légende. Entre rôle de remplaçant ou titulaire, il restera systématiquement un taulier dans le vestiaire, apprécié de tous.

En dix ans de bail en Aquitaine, Jaroslav Plasil aura côtoyé pas moins de dix entraîneurs, établissant le plus d’affinités avec Francis Gillot, qui lui avait d’ailleurs confié le brassard de capitaine.

Malcom

C’est un talent précoce, comme les Brésiliens aiment tant les façonner. Arrivé des Corinthians lors du dernier jour de mercato d’août 2016, Malcom aura laissé son empreinte dans les cœurs des supporters en seulement deux saisons. S’il se montra convaincant individuellement lors de ses premiers matches, l’animation proposée par Willy Sagnol est famélique et pourrait rappeler de bien mauvais souvenirs aux supporters. L’arrivée de Jocelyn Gourvennec changera tout pour le Brésilien, d’ores et déjà observé par les plus grands d’Europe.

Débute alors un conte de fées entre le championnat et le gaucher magique. Dans un match exceptionnel sur la pelouse de Lyon, il signe un doublé d’une frappe majestueuse en pleine lucarne pour offrir le point du match nul à son équipe (3-3).

En deux saisons sous les couleurs bordelaises, Malcom aura récité et démontré tout son talent, fait d’accélérations tranchantes, de technique hors du commun et d’un sens du but digne des plus grands attaquants sud-américains. Bordeaux ne pourra logiquement pas le retenir lorsque l’AS Roma, puis le Barça lors d’un imbroglio ubuesque, viendront le démarcher. Dans ce qui représente aujourd’hui, encore un gâchis immense, le Barça finalisera le transfert du Brésilien pour 41 millions d’euros.

Laurent Koscielny  


Légende : Les supporters d’Arsenal gardent un excellent souvenir de Koscielny

Parti délicatement d’Arsenal après un passage majuscule, Koscielny débarque à Bordeaux et met très peu de temps à montrer qu’il est le véritable patron que nécessitait la défense bordelaise. Leader incontesté et incontestable, il est depuis l’arrivée de Jean-Louis Gasset, le capitaine de l’équipe fanion du club.

Ses qualités physiques et techniques font de lui, malgré son âge de plus en plus avancé, un taulier dont les Girondins ne peuvent actuellement plus se passer. Le renouveau du club passe depuis plusieurs mois sur la capitalisation du niveau du capitaine qui n’hésite jamais à recadrer les jeunes, sur et en dehors du terrain.

Les années professionnelles du joueur formé à Guingamp se comptent probablement sur le bout des doigts, mais son niveau et sa condition physique laissent présager plusieurs saisons à très haut niveau pour celui qui avait tristement manqué la Coupe du Monde victorieuse des Français en 2018 à cause d’une blessure au tendon d’Achille.