Lettre de garantie et intéressements sur les comptes du club, les deux accords à trouver pour sauver les Girondins

(Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)

En plus de son passage sur RMC, Gérard Lopez a livré une interview également à L’Equipe. C’est plus sur le sujet des finances que le Président des Girondins de Bordeaux a répondu, et notamment sur les deux axes exigés par la DNCG : les 22M€ de ventes de joueurs, et les intéressements d’Aurélien Tchouaméni et Jules Koundé.

Assurer les 22M€ de ventes de joueurs

Si Gérard Lopez assure qu’il a des offres pour des montants supérieurs (au total) aux 22 millions d’euros exigés par la DNCG, ces transferts ne sont pas encore effectifs, et pour cause, le délai fut trop court, notamment parce qu’il s’agit d’internationaux. C’est ainsi que des négociations existent quant à une lettre de garantie, rédigée par Fortress et King Street au cas où ces transferts ne se feraient pas pour une raison X ou Y. « C’est quelque chose qui existe depuis des années. Ça fait partie des choses sur lesquelles on travaille » assure Gérard Lopez. L’on comprend que cette opération peut se faire selon cette fameuse lettre, de l’argent bloqué, ou encore une éventuelle augmentation de capital.

Photo FFF

Que les intéressements de Tchouaméni et Koundé reviennent directement au club

Les plus-values des deux anciens joueurs formés aux Girondins de Bordeaux devaient combler une parte de la dette. La DNCG a demandé que ces intéressements reviennent au Club directement. Des négociations sont également en cours avec les deux fonds pour arriver à un accord. « Ils (F et KS) sont dans un rôle un peu différent, mais ils ont encore un poids sur le club : c’est la dette. Je ne vais pas les défendre et les présenter comme des victimes, mais ils n’ont jamais vraiment été dans la gestion, et toute la dette dont on a hérité, c’est surtout GACP. Aujourd’hui, il s’agit de trouver une solution main dans la main et de manière constructive pour le bien du club […] Il y a des contrats qui existent depuis la reprise du club, avec des flux d’argent qui vont vers les prêteurs. La DNCG verrait d’un bon œil que ça aille plutôt vers le club. Si on prend par exemple la vente d’Aurélien Tchouaméni au Real, cet argent pourrait permettre de couvrir quasiment la moitié de nos besoins (22M€ de ventes) ».

En résumé« Comme il n’y a pas encore d’accord, ça ne sert à rien d’en parler. Ça tourne autour des ventes de joueurs qui ne sont plus au club (Aurélien Tchouaméni et Jules Koundé), de certaines garanties données dans le passé qu’il faut confirmer. Ce sont des éléments de travail clairs, nets et précis ». (L’Equipe)

https://twitter.com/EmeryTaisne/status/1539274574197669889?s=20&t=ahycLDMoV2hVSxL3ZJSJZQ