Clément Grèzes : “C’est un peu cette impression de nonchalance qu’ont dû avoir les observateurs bordelais sur son non-geste défensif…”

Sur beIN Sports, le commentateur et consultant, Robert Malm, pointa du doigt l’attitude de Fransérgio sur le premier but de Metz face aux Girondins de Bordeaux.

« Fransérgio n’est pas suffisamment prêt, il ne sort pas avec suffisamment d’agressivité sur la frappe du messin. Il est loin, et quand on laisse un joueur avec autant de facilité sur le plan technique, et bien il vous met le ballon là où il veut. Là, c’est quasiment dans la lucarne et dans le petit filet »

Clément Grèzes pointe du doigt la nonchalance du brésilien.

« Il y avait une forme de nonchalance de la part de Fransérgio, dans la manière d’attaquer Ablie Jallow. Pourtant, ils le savent, ils ont préparé le match dans les rangs girondins, et on sait qu’Ablie Jallow revient toujours intérieur sur son pied gauche, qu’il a une qualité de pied phénoménal… »

Robert Malm précise sur cette action.

« Là, Fransérgio doit réduire l’angle de frappe, il faut qu’il soit encore plus prêt, quitte à se faire éliminer, mais à obliger Ablie Jallow à faire de nouveau un crochet… mais pas de défendre entre deux, ‘j’y vais, je n’y vais pas’. Je le dis toujours, quand vous laissez un joueur comme ça avec un ou deux mètres d’espace, bah voilà… ».

Clément Grèzes trouve la coïncidence frappante avec l’interview de Fransérgio dans le quotidien régional (lire ICI) sur le sujet.

« Fransérgio répondait à l’impression que l’on avait sur lui, sur sa nonchalance qu’il pouvait dégager parfois… C’est un peu cette impression-là qu’ont dû avoir les observateurs bordelais sur son non-geste défensif sur Ablie Jallow ».

Retranscription Girondins4Ever