Olivier Guégan (Sochaux) : “On aurait dû lutter jusqu’à la fin. Donc il y a des manques… Dans cette division, l’état d’esprit est capital”

Après Stéphane Moulin, ou encore Régis Brouard, c’est au tour d’Olivier Guégan, le coach du FC Sochaux Montbéliard, de se rendre à l’évidence : ce n’est que cette saison que le club sochalien va monter, malgré un très beau parcours. En effet, les derniers résultats, en dents de scie, ont malheureusement compromis les chance de montée.

En conférence de presse avant la rencontre de ce soir face à Dijon, et via l’Est Républicain, Olivier Guégan a voulu tempérer cependant le résultat final.

“Il faut aussi tempérer, rester calme et lucide. Le club végète en Ligue 2 depuis une paire d’années et ce n’est pas facile de réclamer de la patience. J’ai lu et j’ai entendu des mots forts de votre part (les médias), c’est votre avis et il est tout à fait respectable. De notre côté, on sait pourquoi on a pêché, on sait ce qui nous manque, et il va falloir se pencher là-dessus pour continuer à progresser […] Vous avez parlé de « fiasco » et vous avez le droit. Un gâchis ? On verra à la 38e journée. Ce qui est sûr, c’est qu’on aurait dû lutter jusqu’à la fin. Donc il y a des manques… Dans cette division, l’état d’esprit est capital. La notion de combat, d’équipier, c’est important. Et c’est ce qui nous a cruellement manqué sur les deux derniers matchs ».

Le coach sochalien se sent cependant obligé de bien finir la saison.

« Bien finir, c’est gagner des matchs. Et dès lundi. Il y a un derby à jouer, il faudra y mettre beaucoup d’ingrédients de combativité et il faudra répondre présent dans la conquête. Le club a besoin de réenclencher une dynamique positive. Je veux que ces six derniers matchs ne soient pas la fin d’une histoire, mais enclenchent plutôt le début d’une histoire ».