Philippe Fargeon : “C’est un désavantage pour Metz, d’attendre un faux pas de Bordeaux”

Sur Bordeaux Le Mag, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, Philippe Fargeon, a confirmé la sensation de Stéphane Moulin, a savoir que les bordelais, en cette fin de saison, avaient la peur de perdre.

« Ils sont tous jeunes, même si certains ont une expérience un peu plus importante. Ils sont tous jeunes, et ils n’ont jamais connu ça, une montée. J’aime bien toujours revenir en arrière, et il faut se rappeler le mois d’août de l’année dernière… Ils étaient dans un club, ils ne savaient pas si ce club allait déposer le bilan, s’ils allaient perdre leur contrat professionnel, s’ils allaient être conservés, dans quelle équipe… Et d’un seul coup, on est à quatre journées de la fin, en position de monter… Cela monte en puissance au fur et à mesure de la saison. L’objectif était de remonter mais pas forcément la première année, on n’a pas dû leur mettre la pression sur ça. Et d’un seul coup… Le Havre domine, il n’y a plus qu’une place, c’est le scénario le plus prenant. Il n’y a plus qu’une place, et ils ont quelques points d’avance sur Metz, à quatre journées de la fin… C’est tout à fait normal. Ce n’est pas la peur de gagner, c’est la peur de perdre et de perdre tout l’acquis. Cela va très vite… Là, le résultat ne dépend que d’eux »

Est-ce que c’est un avantage ça, justement, de ne dépendre que de soi ?

« C’est un désavantage pour Metz, d’attendre un faux pas de Bordeaux, pour pouvoir passer devant. Donc oui, c’est un avantage pour Bordeaux, mais avec cette peur de le perdre. Mais tous les joueurs préfèrent être dans la situation de Bordeaux que celle de Metz. De ne pas être dépendant que de vous, c’est beaucoup plus compliqué. Metz a dû se dire que les bordelais n’avaient pas bien joué contre Caen, mais qu’ils ont pris les trois points… Si vous gagnez tous vos matches, vous remontez. Ce n’est pas le cas pour Metz ».

Retranscription Girondins4Ever