Bruno Fievet : “C’est peut-être là où j’ai un peu de mal avec la précédente direction, c’est qu’on a mis beaucoup d’investissements, mais pas forcément sur le sportif”

Bruno Fievet s’est exprimé sur le championnat de France et le contexte actuel, avec un PSG intouchable. Ce qui envisage de racheter les Girondins de Bordeaux explique que dès la première journée, les équipes se battent pour au mieux la deuxième place, la première étant inatteignable.

 « Le championnat de France est très dur. Il est homogène, et il est plutôt tiré par le bas, parce que la locomotive PSG casse tout sur son passage, et derrière quand vous savez que dès la première journée vous jouez pour la deuxième place, c’est déjà moins motivant et ça force à moins de ‘bagarre’ on va dire. Ça, c’est déjà un premier point. Là où on pensait que Paris allait tirer les autres, je trouve que ça les tire plutôt vers le bas. Quand on voit Angers qui est un club normalement structuré, avec une équipe solide, et qui en prend 6 contre Paris… On voit que l’écart est abyssal. Dès que Paris a décidé de jouer, c’est terminé, il n’y a plus personne qui peut les suivre. Le championnat de France est un championnat beaucoup plus compliqué que le championnat du Portugal où finalement il y a trois équipes, par exemple. Quand on dit qu’un club ne meurt jamais, Reims a été un très grand club, Saint-Etienne aussi, Nantes, Monaco… En France, on a beaucoup de grands clubs, c’est ça aussi qui est compliqué. Contrairement à ces pays où il y a trois grands clubs et où on cite un favori en nommant l’une de ces trois équipes, en France, hors Paris Saint-Germain, finalement pendant des années tout le monde pouvait être Champion… On l’a vu avec Auxerre, Bordeaux, Lille, Lens, Montpellier… Ce sont des choses qui ne peuvent pas arriver dans un autre championnat. Aujourd’hui, c’est difficile. Il y a l’exception Leicester en Angleterre qui est arrivée une fois, avec un propriétaire milliardaire. Cela prouve que l’argent fait beaucoup dans ce sport, et que sans un minimum d’investissements sur le sportif, c’est difficile de réussir. C’est peut-être là où j’ai un peu de mal avec la précédente direction, c’est qu’on a mis beaucoup d’investissements, mais pas forcément sur le sportif ».

Retranscription Girondins4Ever