Jean-Louis Gasset : “Je vous signale quand même que Paris a fini avec Sarabia, Di Maria, Icardi, Mbappé et Neymar. Ça peut vous titiller quand même…”

Jean-Louis Gasset a répondu à la question de savoir si ses joueurs avaient été soulagés de prendre quatre points face à deux gros du championnat, Rennes et Paris. Car dans le cas contraire, les Girondins de Bordeaux auraient pu se retrouver proche de la zone rouge.

« C’est ce que j’ai dit aux joueurs ‘vous êtes capables de’. Mais il faut prendre conscience qu’à des moments on a encore des trous d’air et contre Paris, on a eu un trou d’air. On a pris un pénalty qui était décalé parce qu’il y avait corner pour nous. L’arbitre est allé voir la VAR, il dit qu’il y a penalty et dans la minute qui suit, on prend un second but. Donc ça veut dire qu’on n’était pas encore tout à fait guéri. Par contre, il y a eu cette espèce de rébellion, de réaction après la première mi-temps où Paris a lancé tous ses atouts. Je vous signale quand même que Paris a fini avec Sarabia, Di Maria, Icardi, Mbappé et Neymar. Ça peut vous titiller quand même… Nous, on a répondu par des joueurs offensifs et on a pris risque de jouer 5 contre 5 dans chaque demi-terrain. On avait cette envie de le gagner et ça c’est bon. C’est la première fois depuis que je suis là que l’on revient au score. Quand on menait, on était solide mais quand on était mené, on lâchait. Là, on a lâché pendant un petit quart d’heure en première mi-temps et on aurait pu prendre un autre but. S’il n’y avait pas Benoît Costil, peut-être qu’on en prend 4 ou 5. Il faut être conscient que notre gardien a fait un grand match. Mais le gardien de Paris a fait un grand match aussi, parce qu’en première mi-temps, il sauve le 2-2 sur Mehdi Zerkane et à la fin du match, il fait un ou deux arrêts encore. Lui aussi a fait les arrêts. Mais c’est cet état d’esprit que je veux, c’est d’être allergique à la défaite. Ça, il faut qu’on le maintienne et qu’on le traduise dès dimanche contre Brest ».

Retranscription Girondins4Ever