Yacine Adli : “Non, ce n’est pas la crise. On va aller vers le mieux. On est conscients de la situation, on sait qu’on est dedans”

Yacine Adli, en conférence de presse, a réfuté le mot crise pour qualifier la situation actuelle des Girondins de Bordeaux.

« Non, ce n’est pas la crise. On a beaucoup critiqué la Ligue 1 les années passées, mais la Ligue 1 aujourd’hui est le championnat le plus attractif. Le championnat est très serré. Brest était derrière nous, ils font une série et se retrouvent au milieu de tableau : ça va très vite. Mais maintenant, il faut rester concentrés, être conscients que la situation est compliquée. Mais de là à dire que c’est la crise, je ne pense pas. Seulement, il faut être conscient de la situation, faire les choses pour qu’on se sorte de là ».

Alors, quelles différences avec la saison dernière ? Qu’est-ce que la situation de la saison dernière lui a apporté ? Le milieu de terrain bordelais distingue les deux cas, tout en voulant se servir de cette saison 2020-2021 pour avancer.

« Ce qui est différent de l’année dernière, c’est qu’on était arrivés à la trêve avec 26 points. Ca part un peu en vrille en janvier où on ne gagne plus un match… Là, on y est un peu plus tôt, mais contrairement à l’année dernière où je me disais qu’on allait en chier jusqu’à la fin de saison, et qu’il n’y avait vraiment plus rien sur quoi s’appuyer… Là, il y a beaucoup de choses sur quoi s’appuyer. Le groupe est ensemble, on est unis, et je pense que ça ira mieux de mois en moins. On va aller vers le mieux. L’année dernière, on reculait, à chaque match on se disait que c’était de pire en pire. Là, je pense que c’est de mieux en mieux. Sur le travail, sur la compréhension, c’est mieux. Il faut rester positifs parce que l’année dernière, on s’était dit que la vie de groupe était morte, tout était mort, mais ‘on est sauvés’. Et puis on a vu qu’au fil des matches on n’était pas sauvés et il y a eu cette panique. Là, on est conscients de la situation, on sait qu’on est dedans, on sait ce qu’on doit faire tout de suite, et on peut agir. L’année dernière, on a cherché à réagir, et cette année il faut qu’on agisse et pas qu’on se laisse submerger par toutes ces choses-là ».

Retranscription Girondins4Ever