Nantes attendrait la descente/disparition de Soyaux et Bordeaux pour que son équipe féminine monte en D1 Arkema

Photo Régis HAZENFUS – Photographe

Il y a quelques joursDidier Esor, le président de la Ligue de Football des Pays de la Loire, espérait presque que les Girondins de Bordeaux chutent pour que la section féminine du club puisse disparaitre, et ainsi que l’équipe féminine du FC Nantes puisse monter, elle qui a terminé 2ème de D2 la saison dernière.  « Ce n’est peut-être pas fini… Il y a la DNCG et même pour le foot féminin… Il y a deux clubs qui doivent passer ce cap, dont un qui doit passer ce cap aussi bien en Ligue 2 que pour les féminines : c’est Bordeaux. Donc en fait, aujourd’hui, quid de Bordeaux à la fois chez les hommes, et chez les femmes. Même s’ils repartaient chez les hommes, vont-ils repartir chez les féminines ?! Quand vous êtes à ce niveau-là, c’est un budget qui tourne aux alentours du million d’euros, et sachant que leurs joueuses sont déjà parties, etc… Donc on peut espérer une place. Il faut attendre que Bordeaux passe devant la DNCG, eux qui doivent trouver 20 millions d’euros pour boucler la saison ».

Mais le FC Nantes et son entourage ne miseraient pas que sur la disparition des Girondins de Bordeaux. En effet, selon Ouest-France, les féminines du FC Nantes peuvent encore espérer rejoindre l’élite la saison prochaine, à condition que Soyaux soit rétrogradé par la DNCG. En effet, mardi, la DNCG a décidé en première instance de rétrograder administrativement l’ASJ Soyaux de la D1 Arkema à la D2. Soyaux devrait faire appel mais si le club était amené à descendre, c’est le FC Nantes qui pourrait en profiter.

Pour rappel, le FC Nantes attendrait patiemment de connaitre le sort des Girondins de Bordeaux (masculins) en appel, afin ensuite de faire une offre pour Hwang Ui-Jo. Cela s’appelle manger sur la bête, telles des hyènes.